algorithme-en-seconde


algorithme-en-seconde

 

1 I°) Une première approche de l?algorithme en seconde, saison 2010 _ 2011. Antoine ROMBALDI L?objectif est de rendre les élèves capables : ? De décrire certains algorithmes en langage naturel. ? D?en réaliser quelques uns, tableur ou petit programme sur la calculatrice. ? D?interpréter quelques algorithmes plus complexes. Le logiciel utilisé pour les exemples suivants est le logiciel ALGOBOX. C?est un logiciel très simple et très rapide de prise en main et qui semble parfaitement adapté à la découverte de l?algorithmique. Les activités suivantes sont de difficultés progressives et qui permettent à un élève de seconde de découvrir l?algorithmique. Il ne faut pas hésiter à utiliser le mode « pas à pas » du logiciel Algobox car il permet de faire un parfait débogage. Chacune des activités proposées commence par la mise en place d?un algorithme suivi de quelques exercices. Pour prolonger ces activités et faire de la programmation à un autre niveau avec des constructions de procédures de fonctions etc, il faudra utiliser des langages standards comme le VISUAL BASIC ou le PASCAL avec la plateforme DELPHI ou bien encore avec le langage C avec C++. Une fois l?algorithme terminé dans Algobox, si celui-ci ne fonctionne pas, n?hésitez pas à utiliser le mode PAS A PAS de ce logiciel pour voir comment évolue le contenu de toutes vos variables. 2 SOMMAIRE. I. Première approche : La division. II. PGCD de deux nombres entiers. III. Travailler sur quatre semaines. IV. Les chaînes de caractères : les palindromes. V. Le jeu du c?est plus ? c?est moins. VI. Dans la foulée : la dichotomie. VII. Moyenne, écart-type, tri et médiane. VIII. Un peu de probabilités : la somme de deux dés. I°) Première approche : la division. Entrer deux nombres entiers A et B et de récupérer le quotient Q de ces deux nombres. Méthode : Demander la saisie du nombre A. Demander la saisie du nombre B. Calculer le quotient A/B et le mettre dans Q. Afficher la valeur de Q. Variables utilisés : Les trois variables numériques A, B et Q. Réalisation de l?algorithme : 1) Lancer le logiciel Algobox 2) Cliquer sur déclarer une nouvelle variable : , ce qui donne 3 3) Taper la variable A en laissant bien NOMBRE comme TYPE DE VARIABLE, comme indiquée ci- dessus. 4) Cliquer alors sur le bouton Nouvelle ligne ou bien appuyer sur la combinaison de touche [CTRL] [Entrée], puis cliquer sur le bouton lire variable pour demander la saisie du nombre A . 5) Faire la même opération pour la saisie du nombre B. A cette étape votre algorithme doit être comme représentée sur la figure ci-contre. Il nous faut , maintenant que les deux variables A et B sont bien en mémoire , calculer le quotient en prenant bien soin que le diviseur B ne soit pas nul. 6) Cliquer sur nouvelle ligne puis sur le bouton Affecter valeur à variable. Puis choisir la variable Q et à la suite de prend la valeur taper A/B, et il nous reste à afficher le quotient obtenu. 7) Rajouter une nouvelle ligne, puis cliquer sur ajouter afficher message et taper alors le message suivant « La valeur du quotient A/B est ». Ajouter une nouvelle ligne puis cliquer alors sur ajouter afficher variable et choisir la variable Q, en ajoutant un retour à la ligne. L?algorithme final est alors le suivant : 8) Il s?agit maintenant de tester cet algorithme , pour cela il faut cliquer sur le bouton Tester Algorithme, puis sur le bouton Lancer l?algorithme et le résultat s?affiche comme dans la fenêtre ci- dessous après avoir entrée les nombres 10 et 3 : Quelques améliorations pour cet algorithme : Il serait agréable d?avoir une petite explication avant de saisir les deux entiers afin d?éviter de taper un diviseur égal à zéro. Pour cela on introduit une nouvelle ligne deux fois et on obtient l?algorithme ci-dessous : 4 La structure algorithmique TANT QUE : Il est assez risqué de laisser l?utilisateur saisir un diviseur égal à zéro, pour cela nous allons demander de lire B tant que la valeur de B est de zéro. Méthode : Insérer une ligne après la ligne AFFICHER « Donner votre diviseur B », puis cliquer sur le bouton AJOUTER TANT QUE. Comme condition taper 0 B ?? , en faisant bien attention de mettre deus signes = !. Ce double = est pour indiquer que nous sommes pas sur une affectation de variable mais sur un test d?égalité : la variable B est-elle égale à zéro ? Entre les deux instructions de DEBUT et FIN il faut ajouter la ligne LIRE B et supprimer l?ancienne ligne, et on obtient alors l?algorithme suivant Ensuite il ne reste qu?à tester ce nouvel algorithme en essayant par exemple de rentrer pour B la valeur 0, ce qui donne : Nouvelle amélioration : Fixer le nombres de décimales à afficher : Ce problème devient un problème mathématique, c?est-à-dire de la réponse 3,257257257, il faut arriver à 3, par exemple où 3, . 26 25 En fait, une solution simple consiste à utiliser la fonction partie entière en procédant de la manière suivante : devient , dont on prend la partie entière , et il suffit alors de diviser ce nouveau résultat par 100 pour obtenir 3,25. 3,257257257 100 ? 325,7257257 325 La fonction partie entière, comme dans beaucoup de langages informatiques est donnée par l?instruction suivante : ? ? floor Et notre ligne de calcul devient alors ? ? / *100 /100 Q floor A B ? Au niveau de l?algorithme , il suffit de se positionner sur la ligne Q PREND LA VALEUR A/B puis de cliquer sur le bouton MODIFIER LIGNE , puis remplacer alors A/B par la formule ? ? / *100 /100 floor A B , ce qui donne le nouvel algorithme ci-dessous : 5 Exercice 1 : Modifier l?algorithme pour obtenir un affichage à 3 décimales. Il s?agit de rajouter une variable pour demander à l?utilisateur le nombre de décimales souhaité. Note pour cet exercice, il faut utiliser la fonction puissance ? ? , pow x n qui correspond à la puissance nième de x. Solutions : 6 Ce qui donne après utilisation : en prenant par exemple A = 14 523 , puis B = 17 et enfin décimales = 11 Exercice 2 : La division à l?ancienne. Les premiers processeurs ne faisaient que des additions et des ! Comment alors peut-on réaliser une division ? soustractions Solutions : Voici la méthode directe employée pour faire la division avec un quotient entier de deux nombres entiers A et B. ustrait B est possible et on compte le nombre de soustractions faites, ce qui est assez simple : emple, on cherche le quotient entier de 11 par 3. et on compte 2 uis ce qui est impossible dans , donc on s?arrête de compter, et alors le quotient entier de 11 par 3 est donc 3. Ci-dessous l?algorithme avec Algobox est : On so de a tant que c? Un ex On calcule donc 11 3 8 ? ? , et on compte 1 ( une soustraction ). Puis 8?3 5 ? Puis 5 3 2 ? ? et on compte 3 P 2 3 1 ? ? ? ? 7 8 Exercice 3 : Que se passe-t-il si les lignes Q PREND LA VALEUR Q+1 et diff PREND LA VALEUR diff ? B sont inversées ? L?algorithme fonctionne ?t-il encore correctement ? Solutions : A faire dans le programme Exercice 4 : Utiliser la variable R pour afficher le reste dans la division de A par B à la place du quotient Q. II°) Le pgcd de deux nombres entiers. Rappelons que le plus grand diviseur commun aux deux nombres entiers 12 et 18 est 6 car les diviseurs de 12 sont {1 ;2 ;3 ;4 ;6 ;12} et les diviseurs de 18 sont {1 ;2 ;3 ;6 ;9 ;18}, et les diviseurs communs aux deux entiers sont {1 ;2 ;3 ;6}, et le plus grand entier est bien 6. Voici ci-dessous un algorithme pour déterminer le PGCD de deux nombres entiers A et B : (Algorithmes des soustractions successives). Ce qui donne avec Algobox : 9 Puis l?exécution de ce programme en prenant A=12 et B=18, donne bien comme PGCD 6. Comme exercice supplémentaire, on peut par exemple se servir de cet algorithme pour déterminer si deux entiers sont premiers entre eux. A titre de rappel, deux entiers naturels sont premiers entre eux si et seulement si leur PGCD vaut 1 10 III°) Travailler sur quatre semaines. Dans certains emploi du temps il faut découper sur quatre semaines plutôt que sur deux. C?est le cas pour certains élèves de seconde en informatique dans un lycée quelconque : par exemple en semaine 41, nous sommes en semaine 1, en semaine 42 nous sommes en semaine 2, en semaine 43 nous sommes en semaine 3, en semaine 44 nous sommes en semaine 4, en semaine 45 nous sommes en semaine 1 et ainsi de suite. On voudrait faire afficher, à partir du numéro de semaine du calendrier, le numéro de semaine de l?emploi du temps, c?est-à-dire 1, 2, 3 ou 4. La méthode : Prendre le numéro de semaine du calendrier dans la variable semaine, calculer le reste dans la division entière par 4 de cette semaine et le stocker dans semaine_info. Si semaine_info vaut zéro le mettre à 4. Les variables à utiliser seront donc semaine, de type numérique, et semaine_info également de type numérique. Et il faudra utiliser le fonction A%B qui donne le reste dans la division euclidienne de A par B, et l?algorithme est alors le suivant : 1°) Exercice : On sait que les cours d?informatique de la classe de seconde 12 sont en semaine 4, écrire un algorithme permettant d?afficher toutes les semaines 4 de l?année. Il faudra donc utiliser une boucle pour explorer les 53 semaines de 1 à 53, et cette boucle peut avoir la structure suivante : POUR semaine ALLANT DE 1 A 53 DEBUT POUR ? ? ? FIN POUR 11 Solution de l?exercice 1 : 2°) Exercice : La même problématique, mais cette fois pour une des quatre semaines au choix de l?utilisateur. On va donc créer une nouvelle variable et demander à l?utilisateur quelle liste de semaines il veut, soit 1, 2, 3 ou 4. Solution de l?exercice 2 : 12 IV°) Les chaînes de caractères : les palindromes. Le travail avec les variables alphanumériques dites CHAINES DE CARACTERES est toujours assez difficile en programmation. Les mots, les phrases, les structures n?obéissant pas du tout à des règles mathématiques mais étant bourrée d?exceptions. Ici, il s?agit de créer un algorithme qui renverse un mot ou une expression pour vérifier s?il s?agit d?un palindrome, comme LAVAL, ERDRE, RADAR ?.) Méthode : Un mot est saisi dans la variable CHAINE Palind. La variable CHAINE Résult va récupérer une par une les lettres de palind à partir de la dernière etc? Il est utile pour cet algorithme de connaitre les fonctions de manipulation de chaînes suivante : palind.length : renvoi la longueur de la chaîne (par exemple 5 si on tape LAVAL) palind.sibstr(3,1) : renvoi la chaîne de longueur 1 située en 3° position (par exemple V pour LAVAL) Attention : En déclarant les variables il faut évidemment choisir le type chaîne dans Algobox. Ce qui donne l?algorithme suivant : L?exécution de cet algorithme avec LAVAL, RADAR, puis JEAN donne : Sous forme d?exercice , essayer de compléter cet algorithme en ajoutant un test SI ALORS pour afficher un message de réussite si le mot tape est bien un palindrome ou non. Ce qui donne 13 L?exécution de cet algorithme avec RADAR, puis JEAN donne : 14 V°) Le jeu du c?est plus?..c?est moins. Classique jeu du c?est plus c?est moins avec un nombre entre 1 et 100 choisi au hasard par la machine. Pour calculer un nombre au hasard entrée 1 et 100 on utilise la fonction random() qui renvoie une valeur décimale entre 0 et 0,9999999 ! La formule classique pour obtenir un ombre entre 1 et 100 sera la suivante dans Algobox : floor(random()*100+1) Explication : random() sort un nombre décimal entre 0 et 0,9999999. random()*100 sort un nombre décimal entre 0 et 99,99999. random()*100 + 1 sort un nombre décimal entre 1 et 100,99999, dont il faut prendre la partie entière en utilisant l?instruction floor(), ce qui donne l?algorithme suivant : Prolongement : Nous avons la un problème algorithmique très intéressant car nous utilisons une instruction TANT QUE dans laquelle nous avons un test (proposition !=hasard) en début de boucle alors qu?il aurait fallu ce test en fin de boucle pour ne pas avoir a faire un passage inutile ! Si bien que nous nous trouvons souvent avec un « c?est moins en trop ». Nous devons donc ajouter un test dans le SINON pour empêcher l?affichage du « c?est moins » en cas d?égalité, ce qui nous donne l?algorithme suivant : 15 Autre prolongement : Problème qui aurait put être solutionné aussi avec une variable SORTIE qui prend la valeur 1 en cas d?égalité comme dans l?algorithme ci-contre. Lorsque vous modifiez votre algorithme vous pouvez aussi utilisez les raccourcis clavier ci-après pour les lignes ou les blocs ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? pour copier pour couper pour coller Ctrl C Ctrl X Ctrl V N?oubliez pas dans les recherches ci-dessous d?utiliser lors de l?exécution des algorithmes dans Algobox la fonction PAS A PAS qui vous permet de surveiller la valeur de vos variables à chaque passage d?une boucle. 16 EXERCICE 1 : En dernière ligne proposer à l?utilisateur le nombre de coups qui ont été nécessaires avec un affichage du genre : BRAVO, vous avez trouvé en 7 coups. CORRECTION DE L?EXERCICE 1 : 17 EXERCICE 2 : Afficher l?intervalle dans lequel se trouve le nombre pour faciliter la tache à l?utilisateur ! Par exemple : après avoir proposé le nombre 50 l?utilisateur verra s?afficher un message du genre : C?est moins, le nombre est situé entre 0 et 50. Puis après avoir proposé 20, il aura un message du genre : C?est plus, le nombre est situé entre 20 et 50 etc????.. CORRECTION DE L?EXERCICE 2 : 18 VI°) Dans la foulée, la dichotomie. Il s?agit de calculer la valeur (souvent approchée) qui annule une fonction donnée ? ? 1 f x . La méthode est simple : on se place sur un intervalle de continuité monotone et on calcule l?image du milieu de cet intervalle par cette fonction. En fonction du signe de cette image ce milieu remplace une des deux bornes et ainsi de suite. Exemple : On considère la fonction , et sur le graphique ci-contre sur l?intervalle ? ? 2 1 6 f x x ? ? ? ? 0;4 . Nous remarquons que le milieu est 2 et que ? ? 1 2 2 f 0 ? ? ? , donc notre intervalle de travail va devenir ? ? 2;4 , puis de même si on remarque que ? ? 3 3 1 f 0 ? ? , notre intervalle de travail devient donc ? ? 2;3 , etc ?? L?algorithme : Attention, il faut définir une fonction en utilisant l?onglet UTILISER UNE FONCTION NUMERIQUE. Cette fonction aura pour nom prédéfini F1(x). Dans l?exemple, ci vous désirez utiliser la fonction ci-dessus ? ? 2 1 6 f x x ? ? , il faut taper pow(x,2)-6, ou bien tout simplement x*x-6. Vous pouvez aussi utiliser l?onglet DESSINER DANS UN REPERE pour voir le parcours fait par le point de recherche F1(middle). Ce qui donne l?algorithme suivant : A titre d?exercice supplémentaire, vous pouvez demander à l?utilisateur les deux valeurs de min et de max, mais il n?est pas possible, avec ce programme de demander à l?utilisateur de défini r lui-même la fonction F1(x). 19 VII°) Moyenne, écart-type, tri et médiane. Pour calculer la moyenne d?un certain nombre de notes (combien par exemple) nous devons utiliser une liste (mathématiquement on dirait plutôt un vecteur), note[1] contient la première note, puis note[2] qui contient la seconde et ainsi de suite. Nous pouvons ainsi saisir les notes au sein d?une boucle de longueur combien. Il ne reste qu?à faire la somme des notes et diviser par combien. Ce qui donne l?algorithme suivant : 20 Exercice : faire afficher la moyenne, la variance et l?écart type de la série de notes : Solution : Utilisation, en prenant 10 notes : soit ? ? 12;11;8;15;12;14;17;2;6;13 , on obtient le résultat ci-dessous : 21 Prolongement : Détermination de la médiane de la série de notes, et pour déterminer cette médiane, il faut d?abord trier dans l?ordre croissant la série, qui est une opération pas évidente au sein d?un algorithme. Il existe de nombreuses façons de réaliser un tri. Nous allons choisir la plus simple mais peut être pas la plus rapide au niveau de très grandes séries statistiques. Réalisons un tri dans l?ordre croissant de la série de notes ci-dessus. Le principe est le suivant : on fait parcourir la série et dès que l?on trouve deux notes consécutives qui ne sont pas dans l?ordre on les inverse et on refait le parcours de la série. La variable PERMUTE est mise à zéro puis on fait le parcours de la série de 1 à combien ? 1. Si on trouve ? ? ? ? 1 note i note i ? ? dans la série on met la variable PERMUTE à 1 et on inverse les deux notes. Quand la variable PERMUTE restera à zéro, il n?y aura plus rien à inverser et donc la série sera bien trié dans l?ordre croissant. On utilise un repère pour tracer l?histogramme de la série. Il faut pour cela cliquer sur DESSINER DANS UN REPERE pour pouvoir utiliser la fonction TRACER_SEGMENT de la couleur choisie et après avoir définis les intervalle X et y du repère. A titre d?exercice supplémentaire, faire un tri décroissant de la série de notes. Une fois la série triée il ne reste plus qu?à calculer la médiane. Pour éviter d?avoir à tester la parité du nombre de notes on utilise une petite astuce : On calcule le centre de la série et on fait la moyenne des valeurs entourant ce centre. Si la série est impaire ces deux nombres seront les mêmes sinon ils entoureront le centre. Nous calculons puis ? ? ? ? 1 1 med floor combien ? ? / 2 ? ? ? ? 2 1 / 2 med floor combien ? ? ? ? 0,5 , le milieu sera , ( si on a un nombre impair) et la médiane sera ? ? 1 med med ? 2 / 2 1 2 med med ? ? ? ? ? ? 1 2 note med ? / 2 note med . Et il ne reste qu?à tracer la médiane après avoir tracer la série. 22 Solution du tracer de la médiane de la série de notes : 23 VIII°) Un peu de probabilités : la somme de deux dés. Nous savons que la probabilité d?apparition de la somme 7 lors du jet de deux dés de couleurs différentes est de 1/6 c?est-à-dire à peu près 17 %. Nous pouvons utiliser un algorithme pour vérifier si ce nombre théorique se retrouve sur 1000 lancers aléatoires de la machine. Utilisons comme nous l?avons déjà fait la fonction RANDOM() qui génère un décimal entre 0 et 0,9999999. Fabriquons la formule : RANDOM()*6 donne un nombre entre 0 et 5,999999 RANDOM()*6+1 est donc entre 1 et 6,99999 Et il suffit d?utiliser la fonction partie entière floor() pour achever la formule, soit FLOOR(RANDOM()*6+1). Ce qui donne l?algorithme suivant : Quelques exercices supplémentaires. EXERCICE 1 : Demander à l?utilisateur quelle somme il veut tester, entre 2 et 12 bien sur, et sur combien de lancers il veut faire ce test. 24 CORRECTION DE L?EXERCICE 1 : 25 EXERCICE 2 : Demander le nombre de lancers désiré et faire afficher toutes les sommes de 2 à 12, pour cela il faudra utiliser évidemment une liste. CORRECTION DE L?EXERCICE 2 : EXERCICE 3 : Demander le nombre de lancers désiré et faire afficher toutes les sommes de 2 à 12, pour cela il faudra utiliser évidemment une liste. CORRECTION DE L?EXERCICE 3 : En utilisant la partie DESSINER DANS UN REPERE vous pouvez, à partir de l?algorithme ci-dessus, faire un histogramme des pourcentages. Il est intéressant d?étudier la régularité et la symétrie de l?histogramme en fonction du nombre de lancers demandés. 26 27 Voici le graphe pour 100 lancers ; Voici le graphe pour 1000 lancers ; 28 29 II°) Algorithme en seconde, saison 2010 _ 2011. Antoine ROMBALDI I) Ce que disent les nouveaux programmes. Algorithmes, objectifs pour le lycée, extrait du programme. La démarche algorithmique est, depuis les origines, une composante essentielle de l?activité mathématique. Au collège, les élèves ont rencontré des algorithmes (Algorithmes opératoires, algorithmes des différences, algorithmes d?Euclide, algorithmes de construction en géométrie??.) Ce qui est proposé dans les programmes est une formalisation en langage naturel propre à donner lieu à traduction sur une calculatrice ou à l?aide d?un logiciel. Il s?agit de familiariser les élèves avec les trois grands principes de l?organisation d?un algorithme : ? Gestion des entrées ? sorties. ? Affectation d?une valeur ? Mise ne forma d?un calcul. Dans le cadre de cette activité logarithmique les élèves sont entraînés : ?A décrire certains algorithmes en langage naturel ou dans un langage symbolique ; ? A en réaliser quelques uns à l?aide d?un tableur ou d?un petit programme réalisé sur une calculatrice ou avec un logiciel adapté. ? A interpréter des algorithmes plus complexes. Aucun langage n aucun logiciel n?est imposé. Instructions élémentaires (affectation, calcul, entrée, sortie). Les élèves, dans le cadre d?une résolution de problèmes, doivent être capables : ? D?écrire une formule permettant un calcul. ? D?écrire un programme calculatoire et donnant la valeur d?une fonction. ? D?utiliser les instructions d?entrées et sorties nécessaires au traitement. Boucle itérative, instruction conditionnelle. Les élèves, dans le cadre d ?une résolution de problèmes, doivent être capables : ? De programmer un calcul itératif, le nombre d?itérations étant donné. ? D?écrire un programme calculant et donnant la valeur d?une fonction. ? De programmer une instruction conditionnelle, un calcul itératif, avec une fin de boucle conditionnelle. L?algorithmique a une place naturelle dans tous les champs des mathématiques et les problèmes posés doivent être en relation avec les autres parties du programme : (Fonctions, géométrie, statistiques et probabilités, logique.) mais aussi avec les autres disciplines ou bien dans la vie courante. A l?occasion de l?écriture d?algorithmes et de petits programmes, il convient de donner aux élèves de bonnes habitudes de rigueur et de les entraîner aux pratiques systématiques de vérification et de contrôle. II) Qu?est ce qu?un algorithme ? Une définition : « Un algorithme est une suite finie de règles à appliquer dans un ordre déterminé à un nombre fini de données pour arriver, en un nombre fini d?étapes, à un certain résultat et cela indépendamment des données. » Cette notion est très répandue dans la vie courante, un algorithme peut par exemple y prendre la forme : - d?une recette de cuisine. - D?un mode d?emploi. - D?une notice de montage. - D?une partition musicale. - D?un texte de loi. - D?un itinéraire routier. 30 III) La démarche algorithme. La résolution d?un problème passe par deux étapes: 2. Concevoir une procédure qui une fois appliquée amènera à une solution du problème posé : c?est ce qu?on appelle l?algorithme. 3. Résoudre effectivement le problème posé en appliquant cet algorithme Quelques algorithmes en Mathématiques connus des élèves: ? algorithmes opératoires ? algorithmes de constructions géométriques (notamment avec un logiciel de géométrie) ? algorithme d?Euclide ? algorithme des différences ? Et bien d?autres encore... Un algorithme décrit les différentes étapes qui permettent de résoudre un problème. Il est donc écrit dans un langage naturel. Néanmoins, l?étape 2 conditionne souvent la façon de concevoir l?algorithme. Tout dépend de la personne ou de la machine qui va l?utiliser: tout dépend de son niveau de compréhension Dans le cas de l?utilisation d?une machine (ordinateur ou calculatrice) l'algorithme doit être rendu compréhensible par la machine que nous allons utiliser pour résoudre effectivement le problème. Le résultat de la traduction de l'algorithme dans un langage connu de la machine est appelé un programme. Les langages informatiques ne sont là que pour faire fonctionner les algorithmes PROBLEME SOLUTION PROGRAMME. Traduction dans un langage informatique On teste l'algorithme : on le fait tourner à la main ALGORITHME Un algorithme bien conçu peut être traduit dans la plupart des langages informatiques courants Les principaux logiciels gratuits sont les suivants : ? ALGOBOX ? SCRATCH ? XCAS ? SCILAB ? PYTHON Dans la suite, nous utiliserons le logiciel ALGOBOX pour traduire et exécuter les algorithmes. Ce logiciel gratuit peut se télécharger à l?adresse suivante: http://www.xm1math.net/algobox/index.html 31 AlgoBox est un logiciel libre, multi-plateforme et gratuit d?aide à l?élaboration et à l?exécution d?algorithmes dans l?esprit du nouveau programme de seconde. Il a été conçu par Pascal Brachet, qui est l?auteur de PstPlus et de Texmaker, logiciels forts utiles pour les utilisateurs de LaTeX. IV) Pourquoi choisir AlgoBox ? Avantages ? Les commandes sont en Français ? L?interface est simple et limpide ce qui évite à l?élève tout problème d?apprentissage de syntaxe et lui permet donc de se concentrer sur la logique algorithmique. ? Il répond parfaitement à une initiation à l?algorithmique et aucune connaissance d?un langage particulier n?est nécessaire. Inconvénients: langage assez limité Par exemple ne permet pas de faire des sous programmes (procédures ou fonctions), graphiques ?.. V) Comment concevoir un algorithme ? Un algorithme se compose en général de trois parties : C?est un schéma simplifié. Il arrive d?ailleurs que les sorties se fassent au cours du traitement. Pour écrire un algorithme, il faut commencer par l?analyse du problème Il s?agit de déterminer les données utilisées et les opérations à effectuer sur ces données et de trouver la démarche pour résoudre le problème. VI) Les variables. Un algorithme manipule des données, données initiales ou résultats intermédiaires. Ces données pour pouvoir être utilisées par un algorithme doivent être rangées dans des VARIABLES Attention: Une variable en algorithmique est différente d?une variable en mathématiques (ce qui peut poser un problème pour les élèves) Du point de vue de l?ordinateur, une variable est une zone de mémoire au contenu de laquelle on accède via un identificateur. Du point de vue algorithmique, une variable est caractérisée par: ? son nom ? sa structure : variable simple, liste, tableau, fichier ? sa nature: numérique, chaîne de caractères, booléen ? son contenu qui peut changer au cours de l?exécution de l?algorithme BOOLEEN : Une variable booléenne est une variable qui ne peut prendre que deux valeurs VRAI ou FAUX. Son intérêt: nécessite moins de place en mémoire qu?une variable numérique Ce type de variable n?existe pas dans tous les langages. LISTE ? TABLEAUX : Les listes et les tableaux sont des suites de données indicées caractérisées par un nom, le nombre d?éléments et la nature des données qu?ils contiennent. On accède à un élément de la liste ou du tableau en indiquant sa position : LISTE [I] est le terme de rang I de la liste nommée LISTE TABLEAU [I,J] est le terme situé ligne I, colonne J du tableau à deux dimensions En algorithmique, les listes et les tableaux sont deux structures de données différentes. Une liste est une variable dynamique: la taille n?est pas donnée lors de la déclaration, on peut ajouter des éléments à une liste (augmenter le nombre d?éléments). Un tableau est une variable statique: il a des dimensions prédéfinies lors de sa déclaration ; on peut seulement modifier les éléments qu?il contient. Dans la plupart des langages de programmation, il est nécessaire de déclarer toutes les variables utilisées dès le début du programme La déclaration de variables n?initialise pas les variables. Une variable ne peut être utilisée que si elle est initialisée c?est-à-dire si elle a un contenu. 32 Certaines erreurs dans les algorithmes viennent donc parfois de la : ? Non déclaration de la variable ? Non initialisation de la variable. Il peut être préférable pour les élèves d?utiliser des noms de variables significatifs qui ont un lien avec leur contenu. Par exemple: salaire au lieu de S longueur au lieu de L ?.. Les opérations que l?on peut effectuer sur les données dépendent de la nature de ces variables. VII) Les instructions. Les instructions sont les « règles » que l?on applique aux données Instruction d?entrée Il s?agit de demander à l?utilisateur une valeur que l?on va attribuer à une variable Plusieurs formulations sont possibles: Demander A Lire A Saisir A Instruction de sortie Il s?agit d?afficher (ou d?imprimer) les résultats, c?est-à-dire le contenu de certaines variables ou bien des messages Afficher A Afficher « message » Instruction d?affectation Il s?agit d?affecter c?est-à-dire d?attribuer une valeur à une variable. Cette valeur peut être une constante ou le résultat d?un calcul. Plusieurs formulations sont possibles: Donner à A la valeur 2 A prend la valeur 2 Affecter à A la valeur 2 Stocker dans A la valeur 2 Pour modifier le contenu par un calcul augmenter A de 2 remplacer A par la valeur A+2 Donner à A la valeur A+2 Affecter à A la valeur A+2 Stocker dans A la valeur A+ 2 A prend la valeur A+2 A A+2 Les deux premières sont plus parlantes pour les élèves mais ainsi formulées, ne sont pas comprises par les langages de programmation VIII) Les premiers exemples. Dans les algorithmes qui suivent le traitement est un traitement séquentiel Les instructions y sont exécutées les unes après les autres par ordre d?apparition. instruction 1; instruction 2; ... ; instruction n. 33 Il s?agit d?exercices qui n?utilisent que : ? Des instructions d?entrée et de sortie ? Des instructions d?affectation ? Des calculs Exercice 1 : Un algorithme important Ecrire un algorithme qui échange le contenu de deux variables A et B Il permet de comprendre le fonctionnement des variables. C?est le fonctionnement du presse papiers des ordinateurs. Corrections de l?exercice 1 : On va faire l?algorithme avec des variables numériques. Il est évident qu?il marche avec n?importe quel autre type de variable Variables: ? A un nombre ? B un nombre ? C un nombre Entrée ? Demander A ? Demander B Traitement ? Donner à C la valeur de A ? Donner à A la valeur de B ? Donner à B la valeur de C Sortie ? Afficher « la valeur de A est: », A ? Afficher « la valeur de B est: », B Comment se présente un algorithme dans ALGOBOX ? 34 es variables avec ALGOBOX s en début de programme à l?aide de la touche : L Les variables doivent être déclarée Il faut donner un nom à cette variable et choisir son type parmi les ? Nombre trois types proposés: ? Chaîne ? Liste structions d?entrée : In ion il faut d?abord créer une nouvelle ligne Pour entrer une instruct On se place sur la ligne vide et on actionne la touche : La boite de dialogue suivante apparaît : t on choisit alors la variable que l?on veut utiliser. structions de sortie : E In ion il faut d?abord créer une nouvelle ligne Pour entrer une instruct On se place ensuite sur la ligne vide et on actionne la touche : Les boites de messages suivantes apparaissent alors. 35 Instructions d?affectation : Pour entrer une instruction il faut d?abord créer une nouvelle ligne On se place ensuite sur la ligne vide et on actionne la touche : La boite de dialogue suivante apparaît : L?algorithme est alors le suivant : 36 Et quand on lance l?algorithme, avec la touche 37 Remarque : si les messages "Algorithme lancé" et "Algorithme terminé" n'apparaissent pas au bout d'un moment dans la zone ci-dessous, c'est que l'algorithme contient une erreur. Les opérations sur les variables numériques avec ALGOBOX Le séparateur décimal est le point. Les quatre opérations: +, - , * / Le signe * est obligatoire : Il faut écrire 2*x et non 2x Les autres opérations Racine carrée d'une variable x sqrt(x) Mettre une variable x à la puissance n pow(x,n) Obtenir un nombre pseudo-aléatoire compris en 0 et 1 random() Nombre PI Math.PI Partie entière d'une variable x floor(x) Cosinus d'une variable x (en radians) cos(x) Sinus d'une variable x (en radians) sin(x) Tangente d'une variable x (en radians) tan(x) Exponentielle d'une variable x exp(x) Logarithme népérien d'une variable x log(x) Valeur absolue d'une variable x abs(x) Arrondi d'une variable x à l'entier le plus proche round(x) Reste de la division de la variable x par la variable y x%y Il faut respecter les majuscules et minuscules Exercice 2 : Dans les sujets du brevet des collèges, on trouve souvent des programmes de calculs du style: ? Choisir un nombre ? Lui ajouter 4 ? Multiplier la somme obtenue par le nombre choisi ? Ajouter 4 ? Ecrire le résultat obtenu Ecrire un algorithme que l?on puisse faire tourner sur une machine Corrections de l?exercice 2 : Commentaires L?exercice précédent permet de comprendre la différence entre un algorithme pour un être humain ou pour une machine. Un algorithme pour ordinateurs ne doit contenir que des instructions compréhensibles par la machine Un ordinateur ne sait faire que: ? Mettre des valeurs dans des zones mémoires ? Faire des opérations sur des variables ? Faire des tests et des branchements Il permet aussi de travailler sur les expressions algébriques et les fonctions 38 Variables: Choisir le nombre a. Puis b, c et d Entrée Demander a. Ajouter 4, afficher la somme b. Multiplier la somme b par a. Afficher le produit c. Ajouter 4 à c qui donne d. Sortie Afficher le résultat obtenu, d Exercice 3 : Ecrire un algorithme qui calcule le périmètre d?un cercle et l?aire d?un disque dont on donne le rayon. Corrections de l?exercice 3 : Variables: ? rayon : un nombre ? périmètre : un nombre ? aire : un nombre Entrée ? demander la valeur de rayon Traitement ? donner à périmètre la valeur 2*?*rayon ? donner à aire la valeur ?*rayon² Sortie ? afficher « le périmètre est: » ? afficher périmètre ? afficher « aire du disque est » ? afficher aire Avec la TI 89, on obtient le programme suivant : 39 Avec Algobox, on obtient le programme suivant : On traduit l?algorithme dans ALGOBOX. Attention à respecter les majuscules et les minuscules des différentes instructions. Pour lancer cet algorithme, on procède de la manière suivante : 40 Exercice 4 : Ecrire un algorithme qui calcule les coordonnées du milieu d?un segment Corrections de l?exercice 4 : Variables: ? xA , yA , xB, yB des nombres. ? X milieu et y milieu des nombres. Entrée ? Demander xA ? Demander yA ? Demander xB ? Demander yB Traitement ? Donner à x milieu la valeur de (xA+xB)/2 ? Donner à y milieu la valeur de (yA+yB)/2 Sortie ? Afficher «L?abscisse du milieu est : », x milieu ? Afficher «L?ordonnée du milieu est : », y milieu Avec la TI 89, on obtient le programme suivant : Avec Algobox, on obtient le programme suivant : On traduit l?algorithme dans ALGOBOX. 41 Exercice 5 : Les fonctions dans Algobox. Calcul de l?image d?un nombre par une fonction donnée/ Ecrire un algorithme qui calcule et affiche l?image d?un nombre réel par une fonction f donnée. Corrections de l?exercice 5 : Pour utiliser une fonction notée par exemple F1, il faut la définir en dehors de l?algorithme. On procède de la manière suivante : ? Activer l?option Utiliser une fonction dans l?onglet « Utiliser une fonction numérique ». ? Entrer l?expression de F1(x) en fonction de x dans la boite de our utiliser dialogue définie pour cela. P l?image d?un nombre x par la fonction dans l?algorithme, e qui donne 1 F il suffit d?utiliser le code ? ? 1 F x AIDE c le résultat suivant : 42 INSTRUCTION CONDITIONNELLE OU ALTERNATIVE. (1) La forme simple : ) La forme la plus courante: Si condition Alors s Instruction FinSi (2 n peut schématiser ce fonctionnement de la façon suivante : ) Conditions et tests: Si condition Alors nstructions 2 Instructions 1 Sinon I FinSi O (3 ne condition est basée sur une comparaison U Opérateurs : , , , , ? ? ? ? ? , ? ?? Conditions composées : On peut mettre plusieurs conditions liées par ET ou OU ad it par es expressions conditionnelles avec Algobox sont les suivantes. Par exemple 5 8 x ? ? se tr u ? ? 5 ET 8 x x ? ? L On peut combiner des conditions avec ET ou OU. xercice 6 : Un classique important. E crire un algorithme qui donne le plus grand et le plus petit de deux nombres A et B. orrections de l?exercice 6 : E C Variables: ? A un nombre. . Entrée ? B un nombre. ? max un nombre ? min un nombre. ? Demander A ? Demander B 43 Traitement A B ? ? Si alors ax la valeur A Sinon ner à max la valeur B FinSi ? Donner à m ? Donner à min la valeur B. ? Don ? Donner à min la valeur A Sortie ? Afficher «Le maximum est : », max Ce qui donne : ? Afficher «Le minimum », min Prolongement: Ecrire un algorithme qui détermine le plus grand de trois nombres A, B et C Variables: ? A, B , C max des nombres. Entrée ? Demander A ? Demander B ? Demander C 44 raitement T ? Si A B ? alors ax la valeur A nner à max la valeur C. FinSi ner à max la valeur B nner à max la valeur C FinSi FinSi ? Donner à m ? Si C>max alors - Do Sinon ? Don ? Si C>max alors - Do Sortie ? Afficher «Le maximum est : », max Ce qui donne : ne autre méthode consiste a supposer que le maximum est A au départ et ensuite comparer le max U successivement à B puis à C. Traitement : ? Donner à max la valeur de A. onner à max la valeur de B ? Si C>max alors ax la valeur de C ? Si B>max alors ? D ? Sinon ?Donner à m ? FinSi ? FinSi 45 echerche du maximum d?une liste de valeurs. xercice 7 : Cet algorithme peut se généraliser à la r Avec Algobox, on ne coche pas l?instruction sinon. E n donne trois points A, B et C par leurs coordonnées dans un repère. le ? Isocèle ? Equilatéral ? sation des orrections de l?exercice 7 : O Ecrire un algorithme qui permet de savoir si le triangle ABC est rectang Problème d?arrondis avec la racine carrée pour comparer des distances : problème habituel de l?utili valeurs approchées. C ariables: V ? , , , , , A A B B C C x y x y x y des nombres. AB, AC, BC Entrée ? des nombres. ? Demander , A A x y ? Demander , xB B y ? Demander , C C x y Traitement ? Donner à AB la valeur de ? ? ? ? ? ? 2 2 B A B A racine x x y y ? ? ? . ? Donner à AC la valeur de ? ? ? ? ? ? 2 C A C A racine x x y y ? ? ? 2 . ? Donner à BC la valeur de ? ? ? ? ? ? 2 C B C B racine x x y y ? ? ? 2 . ? Si 2 2 2 AB AC BC ? ? alors ta gle e A afficher « ABC est rec n n ». ? Si 2 2 2 AB BC ? ? AC alors afficher « ABC est rectangle en B ». ? Si 2 2 2 BC AC ? AB ? alors afficher « ABC est rectangle en C ». 46 Remarque : trois tests. Donc à chaque exécution les trois tests seront exécutés. On peut améliorer ce programme en alors ? afficher « rect n A » 2 On a fait les utilisant des si-imbriquées. ? Si 2 2 2 AB AC BC ? ? angle e ? Sinon 2 2 AB BC AC ? ? ? Si alors ? afficher « rect B » Si 2 angle en ? Sinon 2 2 BC AC AB ? ? ? alors ? Afficher « rec n C » xercice 8 : Forfait SMS. tangle e ? FinSi ?FinSi ? FinSi E nsuels pour des SMS. elque soit le nombre de SMS envoyés. MS envoyés. erm tant d montant mensuel à régler, en euros, orrections de l?exercice 8 : On compare trois forfaits me ? FORFAIT A : fixe de 20 ? qu ? FORFAIT B : 0,15 ? par SMS envoyés. ? FORFAIT C : fixe de 12 ? et 0,05 ? par S Elaborer une démarche p et ?afficher le forfait le plus avantageux et le en fonction du nombre de SMS envoyés dans le mois. C TRAITEMENT ITERATIF ET BOUCLES. Il s?agit d?instructions qui permettent de répéter des instructions: on parle d?itérations ou de boucles. Il existe deux types de boucles: ? Les boucles dont on connaît le nombre de répétitions ance le nombre de répétitions n connaît le nombre N d?itérations ? Les boucles conditionnelles : on ne connaît pas à l?av O ? ? Répéter pour I allant de 1 à N Re Ins Valeur tru su ctions Fin pet ivante e de r I ? début de la boucle itialisée à l?entrée de la boucle, incrémentée de 1 à Dans c a alors par exemple: N doit être initialisé avant le ? I est une variable (appelée compteur) ; elle est in chaque passage à Fin répéter et vaut N+1 en sortie de boucle ertains langages de programmation, on peut modifier l?incrément. On Répéter pour I allant de 1 à N pas 3 ? ? Re Instructions Fin peter Valeur suivante de I 47 vec Algobox , on a : xercice 9 : A E crire un algorithme qui permet d?afficher les carrés des entiers compris entre 1 et N E Prolongement : Modifier l?algorithme pour qu?il calcule la somme des carrés. Corrections de l?exercice 9 : ariables: V ? N est un nombre. re. Entrée ? Carre est un nomb ? S est un nombre ? I est un nombre. ? Demander N. Traitement ? Donner à S la valeur 0. 1 à N. de ? Répéter pour I allant de ? Donner à carre la valeur 2 I . ? Afficher carré. ? Donner à S la valeur de S + carre. Sortie ? Fin Répéter. ? Afficher «La somme des carrés est », S. vec Algobox, on obtient : A 48 xercice 10 : E crire un algorithme qui permet de calculer la somme des N premiers entiers naturels. orrections de l?exercice 10 : E Sans utiliser les formules sur les suites C ariables: V ? N est un nombre. Entrée ? S est un nombre ? I est un nombre. ? Demander N. Traitement ? Donner à S la valeur 0. 1 à N. S+I. Sortie ? Répéter pour I allant de ? Donner à S la valeur de ? Fin Répéter. ? Afficher «La somme des », N, »premiers entiers est :» vec Algobox, on obtient : ? Afficher S A 49 xercice 11 : E crire un algorithme qui permet de calculer la somme (ou la moyenne) de N nombres donnés par l?occasion d?utiliser des listes si on veut garder les nombres en mémoire. E l?utilisateur. Cela peut être Prolongement possible : Moyenne pondérée avec création de deux listes ou d?un tableau à deux dimensions. orrections de l?exercice 11 : C ariables: V ? N est un nombre. e. Entrée ? S est un nombre ? NB est un nombr ? I est un nombre. ? Demander N. Traitement ? Donner à S la valeur 0. 1 à N. leur de S + NB Sortie ? Répéter pour I allant de ? Demander NB. ? Donner à S la va ? Fin Répéter. ? Afficher «La somme est : » vec Algobox, on obtient : ? Afficher S A 50 OPERATIONS AVEC LES LISTES. Les listes AlgoBox sont des listes numérotées de nombres (il n'y a pas besoin de préciser le nombre d'éléments de électionnez pour la variable une variable du type LISTE, vous devez indiquer dans le champ rang du la liste). Si vous s terme de la liste le numéro du terme de la liste auquel vous voulez affecter une valeur. Pour utiliser un terme d'une liste dans un calcul, il faut utiliser la syntaxe suivante : nomliste[rang] Exemple : moy prend la valeur contiendra la moyenne des trois premiers termes de la liste maliste) (maliste[1]+maliste[2]+maliste[3])/3 (la variable du type NOMBRE moy nitialisation d?une liste. Prolongement de l?exercice 11. I s un tableau. inimum d?une liste de N nombres. xercice 12 : Ecrire un algorithme qui demande N nombres et les met dan (Modification de l?exercice 11: on conserve les nombres entrés) ; Ecrire un algorithme qui permet de déterminer le maximum et le m Le prolongement possible est par exemple un algorithme de tri. E crire un algorithme qui simule N lancers d?un dé et calcule la fréquence d?apparition du 6. E On ne connait pas le nombre d?itérations. TANT QUE condition . TANT QUE instructions FIN Le bloc instructions est répété tant que la condition est vraie. Remarques importantes sur la boucle « TANT QUE ». ? La condition doit être initialisée avant le début de la boucle. prendre à un moment donné la valeur ? La condition doit être modifiée dans la boucle et doit pouvoir FAUX car sinon la boucle est infinie (on ne sort jamais de la boucle) et le programme ne s?arrête jamais. ? La boucle peut ne jamais être exécutée, car condition fausse dès le départ. 51 peut être intéressant de faire vérifier des algorithmes avec boucles et comprenant des erreurs. Il Sur Algobox, il faut activer la touche : xercice 13 : E ithme utilisant la boucle « TANT QUE3 qui simule une boucle dont on connait le nombre de montre qu?on peut se contenter de la boucle conditionnelle dans les algorithmes. xercice 14 : Ecrire un algor répétitions. Cet exercice E crire un algorithme qui redemande un nombre tant que le nombre donné n?est pas compris dans un intervalle fixé. E Application : Cet algorithme peut être utilisée pour faire tourner un algorithme tant que l?on répond « OUI » à la question xercice 15 : Donné en terminale L. « Voulez vous recommencer ? ». E oit N un entier naturel non nul. On considère l?algorithme suivant : 1. Pour tout entier naturel N, on note le nombre affiché en sortie de cet algorithme. S Entrée : Un entier naturel N ion Initialisat : Donner à A la valeur de N raite ent Donner à K la valeur de N. T m N A a) Calculer 1 2 2 , , e A A A . 4 t A b) Vérifier que 5 119. A ? : océdure nner à K la valeur Tant que K>2, réitérer la pr suivante Do 1 K ? Donner à A la valeur A K ? Donner à A la valeur 1 A? Fin Tant que Sortie : Afficher A 52 c) Calculer 10. A 2. Pour chacune des propositions suivantes, dire si elle est vraie ou fausse en justifiant la réponse donnée : a) « est un nombre premier pour certaines valeurs de N ». 11 A b) « est un nombre premier pour n?importe quelle valeur de N ». 11 A c) « Quel que soit l?entier naturel non nul N, si N est premier, alors est premier. » 11 A d) « Il existe premier tel que N n?est pas premier ». 11 A 3. Etudier la parité des nombres N A Exercice 16 : Autre exercice donné en TL. On considère l?algorithme suivant: Entrée : un entier naturel N Initialisation : Donner à U la valeur de N Traitement : Tant que U > = 10 Donner à U la valeur de U-10 fin tant que Donner à A la valeur (N-U)/10 Donner à C la valeur A × (A+1) ×100+25 Sortie : Afficher C. 1. Qu?obtient-on en sortie si on donne en entrée à N la valeur 27 ? Et pour 129 ? Que remarque-t-on? 2. Soit N un entier dont le chiffre des unités est 5. a) Faire fonctionner cet algorithme avec plusieurs entiers N et vérifier que la sortie de l?algorithme appliqué à N donne alors le carré de N. b) Justifier ce résultat. 3. Calculer sans calculatrice le carré de 45 et de 75. Exercice 17 : Division euclidienne Ecrire un algorithme qui donne le quotient et le reste de la division euclidienne d?un entier naturel a par un entier naturel b. Prolongement : recherche du PGCD de deux entiers naturels Corrections de l?exercice 17 : Avec la TI 89, on a : 53 Exercice 18 : Ecrire un algorithme qui permet d?afficher la liste et la somme des diviseurs d?un entier naturel N. Exercice 19 : Les grands parents de Julien déposent à sa naissance en 2010 une somme de 1500 ? sur un livret d?épargne. Ce livret rapporte 2,5% par an. En quelle année, la somme aura-t-elle doublée? Prolongements possibles: ? Modifier la somme de départ ou la mettre en donnée à saisir ? Mettre le taux d?intérêt en donnée à saisir pour pouvoir comparer différents placements possibles Exercice 20 : Jeu du « trop grand-trop petit » Ecrire un algorithme qui choisit un nombre entier aléatoire et vous propose de deviner ce nombre. L?algorithme affichera le nombre de coups utilisés pour trouver le résultat. LES FONCTIONS AVEC ALGOBOX. Tableau de valeurs et représentation graphique d?une fonction. Etant donnée une fonction f, écrire un algorithme qui permet d?obtenir un tableau de valeurs de f sur un segment [a;b] et d?afficher les points de la courbe correspondants. Cet énoncé est trop généraliste: il faut préciser par exemple la fonction Les fonctions dans Algobox Pour utiliser une focntion notée F1 ; il faut la définir en dehors de l?alogorithme. Pour cela : ? Activer l?option Utiliser une fonction dans l?onglet « Utiliser une fonction numérqiue » : Entrer l?expression de F1(x) en fonction de x dans le champ prévue pour cela. (On peut ausisi utilser l?aide , en bas , à droite). Pour utiliser l'image d'un nombre nb par la fonction F1 dans l'algorithme, il suffit d'utiliser le code : F1(nb) Analyse du problème: Dans un premier temps, on va demander la valeur de l?abscisse entière du premier point et on va faire la table des valeurs F1 des nombres obtenus avec un pas de 1 Il faut définir la fonction F1 54 Variables : ? A, N, I des nombres. ? x, y des nombres. Entrée : Demander A : Demander N Traitement : Répéter pour I allant de 1 à N ? Donner à x la valeur x + ( I ? 1 ) ? Donner à y la valeur F1(x) ? Afficher x ? Afficher y ? Placer le point de coordonnées (x ;y). ? Fin Répéter. Les sorties sont faites lors du traitement. Ce qui donne avec Algobox : 55 Exercice 21 : Tableau de valeurs et représentation graphique d?une fonction. Etant donnée une fonction f, écrire un algorithme qui permet d?obtenir un tableau de valeurs de f sur un segment [a;b] avec un pas de 0,1 et d?afficher les points de la courbe correspondants. ?activer l'option Tracer des points et des segments dans un repère Il faut : Aller dans l?onglet "Dessiner dans un repère ??? Utiliser un repère dans l'onglet "Dessiner dans un repère » Un repère graphique est automatiquement ajouté dans la fenêtre de test de l'algorithme. Les boutons Ajouter TRACER POINT Ajouter TR et s activés e code de l'algorithm des instructions pour tracer des points et de segments dans ce repère ACER SEGMENT sont alor et peuvent être inclus dans l e s 56 Ajouter TRACER POINT Si on clique sur ce bouton, la fenêtre suivante apparaît Si on clique sur ce bouton, la fenêtre suivante apparaît Ajouter TRACER SEGMENT 57 rolongements: P ableau de valeurs et représentation graphique d?une fonction. ) Le pas est choisi par l?utilisateur )Ecrire un algorithme permettant d?encadrer, avec une précision donnée, la valeur qui annule une fonction ontinue et strictement monotone sur un segment [a;b]: méthode du balayage. xercice 22 : T a b c E n jette un dé autant de fois qu?il faut pour obtenir un 6 crire un algorithme qui compte le nombre de lancers nécessaires pour obtenir un 6 pour la première fois. rolongement: O E P dapter l?algorithme précédent afin de calculer le nombre moyen de lancers pour obtenir un premier 6 même type : A Autre exercice du la somme obtenue xercice 23 : Etude du lancer de deux dés et de On veut étudier le nombre de lancers nécessaires pour obtenir une somme donnée E arche aléatoire sur une droite M gauche, de manière aléatoire. ite) de chaque saut, on lance une pièce de monnaie équilibrée : si l'on obtient PILE odé P) la puce se déplace à gauche, si l'on obtient FACE (codé F) la puce part à droite. le nombre de promenades ui se terminent à la distance 0, 2 ou 4 de l?origine. xercice 24 : Une puce se déplace sur un axe gradué : elle part de l?origine et, à chaque saut, elle se déplace d'une unité vers la droite ou vers la Pour choisir le sens (gauche, dro (c Ecrire un algorithme qui permette de simuler N promenades de 4 sauts et de dénombrer q E Un exemple de TP Passage en caisse PREMIERE PARTIE Lors du passage à la caisse, on veut calculer le total à payer, les prix des articles sont rentrés un par un. our signaler a saisie est terminée, on rentre le nombre zéro. Rédiger un algorithme qui permettra ce travail TIE On veut faire l'addition des nombres rentrés dans la machine. Chaque prix saisi est suivi de la touche entrée (on ne se sert pas de la touche "+"). P que l La machine doit fournir alors le total à payer. DEUXIEME PAR ombre d'ar s, prix moyen ticle. N ticle Compléter l'algorithme précédent pour qu?il donne en plus le nombre d'articles achetés et le prix moyen d?un ar TROISIEME PARTIE Le magasin fête son anniversaire: offre promotionnelle! Pendant la durée de la journée anniversaire, le agasin offre une remise de 15% sur l'article le plus cher. ompléter l'algorithme précédent de façon à ce qu?il calcule et affiche la réduction ainsi que le nouveau total à m C payer. 58 Exercice complémentaire Pour manipuler les chaînes de caractères xercice 25 : Ecrire un algorithme qui teste si un mot ou une phrase est un palindrome E arité d?un nombre entier positif : Afficher « nombre pair » Afficher « nombre impair » P Structure de l?algorithme : Si n a pour reste 0 dans la division par 2 alors Sinon FinSi Ce qui donne avec Algobox : Exercice 26 : Algorithme donnant le résultat en augmentant de 4 % un cer alors tain montant M en euros, pour rappel le résultat est 4 1 1 100 M M ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ,04 . Par exemple, on dépose sur un livret un montant M et il au montant obtenu au bout de 10 ans. On répète pour cela 10 fois de suite l?augmenta gment chaque année de 4 %. On veut connaitre le tion de 4 %, et on obtient l?algorithme suivant : Variables : ? M, I des nombres. e Entré : Demander M Traitement : Pour I allant de 1 à 10 faire ? M prend la valeur M*1,04 ? Pour. Sortie : Afficher M. 59 Avec Algobox , on a : Exercice 27 : Programmer les puissances de 2 successives, sans utiliser la fonction puissance. 60 xercice 28 : E aleur absolue d?un nombre xercice 29 : V E quations du second degré dans l?ensemble des nombres réels, c?est-à-dire sans les solutions complexes. E 61 xercice 30: E e calcul d?une somme, par exemple le calcul de la somme des 100 premiers inverses des entiers naturels. xercice 31: L E alcul itératif, le nombre de boucles étant donné. C 62 xercice 32 : E a suite de Fibonacci, « sans le dire, uniquement pour faire une boucle avec un arrêt conditionnel ». éduqué en u reux es ésultats . is l que cci est L Mathématicien italien, né et mort à Pise. Connu aussi sous le nom de Léonard de Pise, Leonardo Fibonacci fut Afrique du Nord, où son père, marchand de la ville de Pise (l'un des plus grands centres commerciaux d'Italie, à l'époque, a même rang que Venise et Gênes), dirigeait une sorte de comptoir ; c'est ainsi qu'il eut l'occasion d'étudier les travaux algébriques d'al-Khuwarizmi. Par la suite, Fibonacci voyagea dans tout le monde méditerranéen, rencontrant de nomb scientifiques et prenant connaissance des différents systèmes de calcul en usage chez les marchands de l'époque. De toutes l méthodes de calcul, il jugea celle des Arabes la plus avancée. Aussi, de retour à Pise, il publie en 1202 un ouvrage, Liber abbaci, où, le comparant au système romain, il expose le système de numération indo-arabe. Il est le premier grand mathématicien à l'adopter et à le vulgariser auprès des scientifiques. Son ouvrage contient également la plupart des r connus des Arabes en algèbre et en arithmétique (racines carrées, racines cubiques, équations du premier et du second degré) En 1220, il publie Practica geometriae, qui recense toutes les connaissances de l'époque en géométrie et en trigonométrie (écrits d'Euclide et des autres mathématiciens grecs, transmis par des manuscrits arabes ou traduits par des Italiens) ; en particulier, l'ouvrage contient la formule de Héron donnant l'aire du triangle en fonction des longueurs des trois côtés. Ma Fibonacci ne se contenta pas de faire connaître les travaux des Anciens et d'être à l'origine de la renaissance des études mathématiques en Occident, il poursuivit aussi ses propres travaux. Sa réputation scientifique était telle que l'empereur Frédéric II s'arrêta à Pise pour le voir et lui poser des « colles » (cette sorte de compétition entre scientifiques devait se développer au XVIe et au XVIIe siècle). La résolution de ces problèmes (les plus célèbres étant : trouver un nombre x te x2 + 5 et x2 - 5 soient tous deux des carrés ; résoudre l'équation du troisième degré x3 + 2 x2 + 10 x = 20) ainsi que la résolution d'autres problèmes de même nature sont contenues dans Liber quadratorum (1225). Notons enfin que Fibona à l'origine d'une suite récurrente qui porte son nom, suite dont les deux premiers termes sont 0 et 1 et dont le terme d'ordre n + 1 est égal à la somme des deux termes d'ordre n et n - 1 pour tout n supérieur ou égal à 2. 63 xercice 33 : E es variables sont des tiroirs dans lesquels on range des nombres. Il faut suivre a, b et c. : L Exercice 34 uite géométrique de raison 4/3, en première : S 64 xercice 35 : E estion de la valeur interdite de la fonction 1 3 f x ?? ? x ? G

PARTAGER SUR

Envoyer le lien par email
799
READS
1
DOWN
0
FOLLOW
4
EMBED
DOCUMENT # TAGS
#algo  #algorithme  #algorithmie  #statistiques 

licence non indiquée


DOCUMENT # INDEX
Mathematiques, Sciences 
img

Partagé par  philaos

 Suivre

Auteur:
Source:Non communiquée