Contribution du marketing au développement durable


Contribution du marketing au développement durable

 

REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 1/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org CONTRIBUTION DU MARKETING AU DÉVELOPPEMENT Albert LOUPPE, Directeur Associé, Market Story Cet article se situe dans le prolongement du n° 200 de la Revue Française du Marketing, publié en décembre 2004. Il ne reprend pas la définition du développement durable, concept maintenant assez largement connu et diffusé. Dans le monde de l'entreprise, c'est à propos de la responsabilité sociale qu'il est développé et mis en ceuvre. Dès le départ, l'auteur situe développement durable et marketing comme des concepts de nature diffé- rente, le premier comme une finalité sociétale, le second comme une fonction du management des organisa- tions. Mais la suite du texte tend à faire oublier cette différence fondamentale. La recherche des « convergences » et des « terrains de rencontre » n'évite pas les ambiguïtés qui s'attachent au traitement de deux concepts comme s'ils étaient sur le même plan. Or, si l'on considère que le marketing est un ensemble d'outils au service de l'en- treprise, tandis que le développement durable a pour objectif le bien commun - idéalement la recherche d'un monde meilleur pour tous, y compris les générations futures - on a, d'un côté, les intérêts de la seule entre- prise et, de l'autre, une dimension éthique et sociétale beaucoup plus large. De vraies questions se situent donc au niveau de la stratégie de l'entreprise : quelle place peut-elle faire à des finalités qui la dépassent ? Dans l'autre sens, le développement durable peut-il être vu comme une oppor- tunité pour le marketing, un avantage compétitif et un simple outil promotionnel ? Ici l'opportunisme ne serait pas loin de frôler le cynisme. Ceci étant, l'approche analytique détaillée à laquelle procède notre auteur est utile ; et c'est pourquoi nous la publions volontiers. Faut-il interpréter sa démarche comme celle de quelqu'un qui croit, et espère, pouvoir concilier le bien commun et l'intérêt de l'entreprise ? Est-ce une utopie réalisable ? La discussion n'est pas close. Elle appelle à approfondir le discernement. Jacques Antoine, Membre du Comité des publications de la Revue Française du Marketing. REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 2/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Résumé Cet article a pour but d'approfondir les raisons et les modalités d'un rapprochement entre marketing et développement durable et, plus particulièrement, d'analyser les conditions d'une meilleure réciprocité entre les deux concepts dans le but de les renforcer l'un et l'autre L'auteurpropose d'abord une réflexion sur la nature des deux notions ce qui peut les opposer, ce qui peut les rapprocher II analyse ensuite le comportement des entreprises face aux enjeux du développement durable en s'efforçant de décnre les situations qui conduisent à mobiliser davantage le marketing L'intégration d'objectifs sociaux et environnementaux, dans les programmes de marketing, est abordée par laprésentation d'unplan en cinq étapes, depuis l'étude de la sensibilité - développement durable » d'un mar- ché, jusqu'à la valorisation des efforts entrepns et des performances durables obtenues Dans sa conclusion, l'auteur donne sa vision des quelques éléments qui pourraient caracténser et don- ner du sens à l'expression « marketing durable ? Mots clés : Développement durable - Responsabilité Sociétale des Entreprises - Parties prenantes - Confiance des consommateurs - Traçabilité - Juste prix - Partenariat - Cycle production-consommation - Eco-conception - Santé et sécurité - Certification - Éthique - Intelligence du long terme - Vérification de performance - Marketing durable Abstract The purpose of this article is to clanfy the reasons and the meansfor establishing closer links between marketing and sustainable development and, moreparticularly, to analyse the conditions under which the two concepts can best reciprocate and eventually strengthen one another The authorfirst considers what may be congemal and uncongemal to the two concepts He then turns to analyzing corporate behavioursfacmg social responsibility and sustainable development issues, with an attempt to charactenze situationsfavourable to more marketing mvolvement The integration ofsocial and environmental goals mio marketingprograms, is addressed through afive-step plan, starting with the survey ofmarket responsweness to sustainable development, and ending with thepromotion ofefforts made and sus- tainable performances achieved In his conclusion, the author brings up some of the key elements which, according to him, could well charactenze a "sustainable marketing" and make the expression meaningful Keys words : Sustainable development - Corporate Social Responsibility - Stakeholders - Consumers confidence - Traceability - Fair price - Partnership - Supply cham - Eco-design - Health and Safety - Certification - Aethics - Long- run cleverness - Performance auditmg - Sustainable marketing REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 3/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org DEVELOPPEMENT DURABLE ET MARKETING : AFFINITES ET DIVERGENCES On peut, tout d'abord, observer une différence de nature entre les deux notions : Le développement durable est présenté Ie plus souvent comme une finalité, une situation recher- chée ou souhaitée par la collectivité toute entière avec, notamment, l'atteinte simultanée de buts éco- nomiques, sociaux et environnementaux. Le marketing est une fonction du management des organisations. Il est présenté souvent comme un ensemble de leviers d'action permettant d'adapter la production et le fonctionnement des entreprises aux attentes du marché ou, plus généralement, de main- tenir une organisation « en phase » avec ses publics. On a donc, d'un côté, une finalité adossée à un certain nombre de valeurs et à une vision du fonc- tionnement souhaitable de la société et, de l'autre côté, une fonction organisationnelle placée, par construction, au service de finalités (ambitions ou buts...) qui peuvent être aussi diverses que celles d'un grand groupe international, d'une petite entre- prise, d'une administration publique ou d'une ONG. La question du lien entre ces deux notions de nature différente se pose plus particulièrement : - lorsque, par leur fonction marketing, les entreprises et les organisations prennent conscience de la sensibilité croissante des acteurs du marché (consommateurs, distribu- teurs, prescripteurs, concurrents...) aux enjeux du développement durable ; - ou lorsque, par choix stratégique, les entre- prises ou les organisations décident d'engager leur responsabilité « citoyenne » ou « sociéta- le » dans toutes les activités qu'elles déploient et dans toutes leurs fonctions managériales (Production, Approvisionnement, Ressources Humaines, Finances, R et D et... Marketing, entre autres). On peut ensuite, en analysant plus en détail le contenu de ces deux notions, tenter de relever ce qui, apriori, les oppose ou les éloigne, et ce qui, a priori, les rapproche ou pourrait faciliter leur ren- contre, - Les impératifs de court terme, par exemple, constituent plutôt une source de divergence : sous la pression notamment d'exigences financières, le marketing doit se soumettre à des contraintes de rapidité (< time to market ») et de rentabilité immédiate (augmentation du chiffre d'affaires avec baisse des coûts...), là où le développement durable demanderait, dans bien des cas, plus de progressivité et, éventuellement, le renoncement temporaire à certains objectifs de marge. - Marketing et Développement durable parais- sent également s'opposer quant à la manière d'entrer dans le jeu concurrentiel. Le marke- ting se situe le plus souvent dans une logique de compétition ; ses concepts et ses outils sont sollicités pour différencier le plus pos- sible l'offre et pour tenter de faire mieux que les autres, de surpasser ce que proposent les concurrents. Le développement durable ne rejette pas l'idée de concurrence à condition que celle- ci puisse être encadrée par des règles du jeu s'imposant à tous, notamment aux plans de la responsabilité sociale et de la responsabi- lité environnementale des entreprises. Il inci- te à des stratégies que l'on peut qualifier de « prudentes », dans lesquelles la notion de coopération tend à se substituer à celle de compétition : accords de partenariat, établis- sement de normes communes, systèmes d'al- liance, etc. - Constitueraient plutôt des axes de conver- gences entre les deux notions : - l'importance accordée à la notion de be- soin ; - la nécessité d'anticiper pour durer ; - la recherche d'un optimum entre plusieurs parties prenantes. La capacité des entreprises à identifier des besoins et à y répondre est un enjeu clé du marke- REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 4/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org ling. Le développement durable se définit autour de l'idée d'une réponse « aux besoins ». Certes, il intro- duit le risque d'un « conflit d'intérêt » entre recherche de satisfaction immédiate et capacité de réponse aux besoins futurs d\ Mais la démarche marketing n'ex- clut en aucune manière la reconnaissance de préoc- cupations de long terme dans les analyses qui peu- vent être faites des motivations et des critères de choix des acheteurs, des consommateurs ou des publics destinataires d'un produit ou d'une prestation. Dans l'entreprise, c'est même la fonction marketing qui pousse l'ensemble des autres métiers à se prépa- rer, dès aujourd'hui, aux changements qui affecteront probablement les marchés de demain. L'évaluation des potentiels de développement à moyen et long terme, même quand elle est orientée pour servir des stratégies marchandes industrielles ou financières, ne peut se faire qu'en intégrant un ensemble de modifi- cations probables du contexte démographique, envi- ronnemental, social, culturel, technologique, institu- tionnel, etc. Un des enseignements du marketing est bien qu'il faut être capable d'anticiper si l'on veut durer, être capable de changer de technologie et, même, de métier si l'évolution des besoins l'exige. La recherche d'un optimum ou d'une ligne de partage « gagnant / gagnant », satisfaisant les intérêts d'un ensemble d'interlocuteurs ou de parties pre- nantes, se retrouve bien dans les deux notions qui ont d'ailleurs également en commun de valoriser les démarches de concertation et de négociation. Certes, l'horizon du développement durable élargit le champ des « parties intéressées » ou des parties « pre- nantes », et les lignes de partage à trouver débordent largement de la seule relation client-fournisseur. Mais, d'un autre côté, l'objectif de gain mutuel (« mutual benefit »), dont il est question en marke- ting, ne se limite pas non plus exclusivement à une relation binaire : la partie « clientèle » et la partie « fournisseur » sont souvent composées de plusieurs interlocuteurs. Cela paraît évident pour le marketing d'entreprise à entreprise (« B-to-B »), mais cela peut s'observer également dans le marketing grand public (« B-to-C »), côté client, par exemple lorsque plu- sieurs personnes interviennent dans le choix d'un produit ou d'un équipement et, côté fournisseur, lorsqu'on se trouve dans un circuit de distribution complexe. Dans ce dernier cas, il est intéressant de noter qu'une politique marketing bien construite doit s'in- téresser aux motivations, aux projets et aux straté- gies de toute une série d'acteurs qui peuvent être des producteurs de matière première, des industriels qui fabriquent ou qui transforment, des grossistes ou des logisticiens qui stockent et répartissent, des détaillants avec leurs centrales d'achat et leur point de vente, et des fournisseurs de services qui accom- pagnent le destinataire final dans l'utilisation des produits. En résumé, on peut proposer un schéma qui fait apparaître une zone de recouvrement ou d'inter- pénétration entre développement durable et marke- ting tandis que chacune des deux notions conserve des composantes distinctes. En référence à la définition de G H Brundtland dans son rapport Our Common Future *, Commission Mondiale sur l'Environnement et le Développement, 1987 REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 5/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Figure 1 Marketing et Développement durable : composantes distinctes et zone de recouvrement. Impératifs de court terme : importance accordée à la notion « de besoin » ; Progessivite, prudence - ne pas brûler les étapes, construire sur des bases solides - exigences de rapidité (« time to market capacité à identifier capacité à répondre - exigences de rentabilité (ROI et taux de marge) - modération dans les exigences de marge et de temps de retour Nécessité d'anticiper : ? Recherche de compétivité : Recherche de complémentarités : générations futures marchés de demain - se différencier - surpasser la concurrence - coopération - alliances, partenariat Recherche d'un optimum entre plusieurs parties prenantes : concertation, négociation gains mutuels Ce schéma n'a bien sûr aucun caractère nor- matif : il traduit l'état d'une réflexion et appelle à un dialogue plus approfondi entre les spécialistes de chacun des deux domaines. Or, sous cet angle, les situations rencontrées dans l'univers des entreprises, grandes ou petites, varient fortement. COMPORTEMENTS D'ENTREPRISE FACE AUX ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT DURABLE L'idée d'impliquer davantage la fonction et les métiers du marketing autour d'enjeux de développe- ment durable ne peut se concrétiser que si l'entre- prise ou l'organisation concernée est ouverte, dans sa culture professionnelle et dans ses orientations stratégiques, à une prise en compte et à une inté- gration de ces enjeux dans la raison d'être et dans le développement de l'entreprise elle-même. Contraintes ou Opportunites ? On peut, tout d'abord, relever ce clivage fré- quemment observé entre - d'une part, les entreprises qui perçoivent l'en- vironnement, le social et, plus généralement, les questions de société, comme des contraintes, des menaces potentielles, des élé- ments perturbateurs du fonctionnement «nor- mal» des marchés ; - et, d'autre part, des entreprises pour les- REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 6/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org quelles ces aspects font partie des sollicitations qui s'adressent normalement à tous les acteurs de la vie économique et sociale et qui peuvent, le cas échéant, représenter des opportunités par les activités nouvelles qu'elles peuvent sus- citer avec création d'emplois, de revenus, etc. Dans le premier cas, il ne peut être question d'impliquer le marketing : les contraintes sociétales ne peuvent être génératrices que de coûts injuste- ment supportés par les entreprises et il n'y a pas d'utilité économique ou de valeurs à conquérir sur des marchés. Il convient de veiller à ce que ces questions soient traitées en dehors de l'entreprise et, en particulier, par les instances politiques... Dans le deuxième cas, au contraire, les ques- tions, posées aux plans de l'environnement, de la cohésion sociale, du respect de certaines valeurs individuelles et collectives, ouvrent des espaces de concertation et d'innovation qui peuvent être sources de création de valeur pour les entreprises et pour leurs clients. Le développement durable se présente alors comme un ensemble de défis à relever pour le management et pour le marketing des entreprises. Du rejet et l'acceptation, de l'acceptation a l'intégration Naturellement, la réalité n'est pas que dichoto- mique : beaucoup d'entreprises se situent à mi-che- min des deux positions que nous venons de décrire de manière volontairement contrastée. De plus, on peut, au sein d'une même entreprise, et c'est bien sûr encore plus probable dans des grandes organi- sations, trouver des dirigeants qui sont tantôt plus proches d'une sensibilité «contrainte» (plutôt défensi- ve), tantôt plus proches d'une sensibilité «opportuni- té» (plutôt proactive). L'échelle d'attitude présentée ci-après, permet de caractériser, avec plus de précision, la position d'une entreprise et elle trace un cheminement psy- chologique et culturel (série d'étapes à franchir) pour passer d'une attitude de rejet à une attitude d'acceptation et d'une attitude d'acceptation à une attituded'intégration. Figure 2 Comportements d'entreprise face aux enjeux de développement durable. Leclivage«Contraintes»?«Opportunités». LENVIRONNEMENT, LE SOCIAL, LESQUESTIONSD'ÉTHIQUE... PERÇUEScommedescontraintes génèrent des coûts, n'apportent pas d'utilité économique ou ne créent pas de valeur pour les marchés des enjeux de société qui doivent être traités en dehors de l'entreprise et en particulierpar le « politique » LENVIRONNEMENT, LE SOCIAL, LESQUESTIONSD'ÉTHIQUE... PERÇUEScommedesopportunités suscitent de nouvelles activités, avec des emplois, des revenus... créent de la valeur pour le consomma- teur de véritables défis à relever pour le management et le marketing des entre- prises REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 7/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Encadr* I Comportements d'entreprise face aux enjeux de développement durable - Échelle d'attitude (2 ) - Niveaux d'implication (classement croissant) Éléments de caractérisation CONTESTATION PROTECTION SOCIALISATION COOPÉRATION INTÉGRATION Les dirigeants dénient l'existence des questions environnementales et sociétales avec même parfois une attitude hostile à l'égard de ceux qui en défendent l'existence Toute responsabilité de l'entreprise, sur ces ques- tions, est rejetée. Les questions de développement durable sont perçues comme des menaces, l'entreprise adopte un comportement essentiellement défensif tel que lobbymg pour contrer ou pour retarder des lois responsabilisant l'entreprise ou pour limiter leur champ d'application... Les questions sociales, environnementales, éthiques ou plus générale- ment de sociéte sont reconnues maîs restent perçues comme devant res- ter extérieures à l'activité, au métier de l'entreprise Une première implica- tion apparaît sous forme de contribution volontaire en tant que «bon citoyen» a des causes d'intérêt général ex. participation à l'animation de la vie locale, activités educatives et culturelles, humanitaires, etc Les dirigeants de l'entreprise considèrent les questions de developpement durable comme faisant partie du champ de préoccupation professionnel et acceptent, au moins en partie, le principe d'une responsabilité sociale et environnementale de l'entreprise Maîs ils adoptent, en même temps, une position de négociation ou d'implication conditionnelle revendiquant notamment un partage de responsabilités avec d'autres acteurs (Etat, col- lectivités territoriales ) et une prise en charge, au moins partielle, du coût de l'adaptation à ces responsabilités élargies Les questions de développement durable sont abordées comme des enjeux caractérisant l'état d'une sociéte et la structure des marchés Elles nécessi- tent, de la part des entreprises, un effort particulier de planification strate- gique et d'adaptation des méthodes et des procedes La performance, au plan du développement durable, est abordée comme un defi a relever, indis- pensable pour satisfaire les exigences d'un nouveau consommateur plus citoyen et pour maintenir la compétitivite de l'entreprise dans la durée. La construction de cette echelle s inspire d un travail de recherche centre initialement sur la mesure de la sensibilite environnemen- tale des entreprises cf - Consumensme Ven et démarcheMarketing ? I Revue Française de Gestion, Mars - Avril 1994 et « Consumers and the Environment a global perspective ? I Consumer Services International Workshop, Nestle SA, Octobre 2002 REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 8/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org On remarquera, en parcourant cette échelle, que la pertinence d'une mobilisation de la fonction marketing ne s'impose qu'à partir du moment où l'organisation concernée a atteint le niveau de la «coopération» ou, au moins, qu'elle se pose la ques- tion de passer du stade de la «socialisation» à celui de la «coopération». En effet, en deçà de ces niveaux, le maintien des questions sociétales en dehors du champ d'acti- vité de l'entreprise rend inutile et inappropriée une quelconque contribution du marketing à des objec- tifs de développement durable. L'analyse du discours institutionnel de 5 grands groupes (?*', en matière de développement durable ou de responsabilité sociétale, conduit à constater que : - les définitions du développement durable, auxquelles il est fait référence, sont rarement complètes (I sur 5) et mêlent le plus souvent des formules «maison» (ex. -Responsabilité d'Industriel", «Sécurité et Environnement-...) avec des objectifs classiques d'entrepreneur («Création de valeur», «Leadership technolo- gique"...) ; - les domaines d'implication évoqués comme terrains d'engagement des entreprises com- prennent le plus souvent un faisceau de 4 à 5 aspects plus ou moins bien délimités : l'Environnement, le Social (entendre Ressources Humaines), la Sécurité, l'Innovation, l'Ethique (référence aux droits de l'homme...), le Sociétal (contribution au développement social, vie de la communau- té...). La Responsabilité envers l'actionnaire est parfois associée à cette liste. - Deux formes d'intégration du développement durable sont évoquées : - l'intégration par la gouvernance de l'entre- prise et du groupe ; - l'intégration par le management et par le marketing des activités. On peut parler d'intégration par la gouvernan- ce lorsque l'on constate : - une institutionnalisation ou une «récupération culturelle» du développement durable ou des préoccupations éthiques . dans 4 des 5 groupes observés, l'origine et l'histoire de l'entreprise sont évoquées pour montrer que toutes ces préoccupations étaient bien pré- sentes dès le départ et se trouvent en quelque sorte enracinées dans la culture de l'entrepri- se ; - une association ou une mise en complémen- tarité du développement durable avec un ensemble de registres de bonnes pratiques ou de bonne conduite : Code de conduite des Affaires, Finalités, Valeurs et Vocation, Sécurité Industrielle... ; - un contrôle du développement durable exer- cé par un ou plusieurs des organes statutaires : par exemple, une commission de contrôle au sein du Conseil d'Administration alimentéc par des mesures régulières de performance. L'intégration par le management etpar le mar- keting est repérable par : - une diversification des produits et services fai- sant apparaître une orientation développe- ment durable (ex. développement de l'activi- té «énergies renouvelables») ; - le développement de nouveaux produits et de procédés «haute performance» ou «produits propres» (ex. spécifications HQE dans le bâti- ment) ; - des plans de réduction des déchets et des rejets (organisés par sites de production ou par ligne de produits...) ; - le développement de services et de conseils aux clients, prescripteurs et distributeurs orientés «développement durable» (ex bases de données, guide de bonnes pratiques, hot line dédiée...) ; Dont quatre sociétés cotées en bourse au CAC 40, et une société étrangère inscrite au DowJones Sustainability Index Les éléments d'analyse du -discours institutionnel- sont extraits des rapports spécifiques répondant aux dispositions NRE, de rapports annuels d'activité, de réponses de dirigeants lors d'interviews ou lors d'as- semblées générales REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 9/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org - la formation du personnel aux enjeux environ- nementaux, sociaux ou aux risques sanitaires... Par rapport à l'échelle d'attitude, évoquée précé- demment et selon le contenu des discours institution- nels analyses, on pourrait situer la position moyenne du petit échantillon observé, quelque part entre "Socia- lisation" et -coopération". L'affichage de préoccupations éthiques et d'inten- tions d'action pour le développement durable paraît incontestable, mais la traduction concrete dans le mana- gement et le marketing des entreprises ressort plutôt comme le fait d'initiatives avancées ou expérimentales. TERRAINS DE RENCONTRE ENTRE MAR- KETING ET DÉVELOPPEMENT DURABLE II existe, indépendamment de la stratégie des entreprises et des évolutions du cadre institutionnel, un certain nombre de situations rencontrées dans la vie professionnelle ou dans le quotidien des consomma- teurs qui imposent une interdépendance de fait entre marketing et développement durable. L'Image Beaucoup d'entreprises découvrent la réalité des enjeux du développement durable lorsque leur réputa- tion se trouve mise à mal par une contre-performance ou par une rumeur négative concernant leur mode de fonctionnement. Le maintien d'une pratique condamnable ou peu amicale, au plan de la préservation de l'environnement ou au plan du progrès social, est de plus en plus per- çue comme une "Conduite à risque- même lorsque cette pratique n'est pas directement visible par les clients. De même, une conduite jugée brutale ou abusive en matière de gestion des ressources humaines, des mises en accusation répétées concernant la sécurité d'emploi de certains produits, un dommage à l'envi- ronnement non reconnu et non réparé, peuvent ternir l'image d'une marque, d'un groupe ou d'une enseigne et finir par éroder, de manière durable, la part de mar- ché d'une entreprise ou du groupe correspondant, même si cette dégradation n'est pas spectaculaire ou visible immédiatement. Les difficultés qu'ont connues des marques comme Nike (fortement remise en cause au plan éthique au cours de la période 1995-2000) ou plus récemment comme Bayer (soupçons pesant sur plu- sieurs produits de sa gamme de pesticides), illustrent bien la réalité de ce « risque d'image «. Perte de confiance, retrait partiel ou perte défi- nitive de clientèle : autant de sanctions ou de risques qui montrent bien que le marché intègre, au moins en partie, les préoccupations de développement durable. Dans sa grille d'évaluation des risques environ- nementaux et sociaux applicable à chaque domaine d'approvisionnement, la Direction des Achats du groupe Lafarge a introduit le risque d'image déter- miné grâce à des entretiens auprès d'acheteurs, de directeurs de segments ou de - business units ». Les Produits Bien avant qu'il soit question de «développe- ment durable», les consommateurs de produit, les utilisateurs de matériel ou de machine se sont posés la question de l'innocuité, de la salubrité ou de la sécurité d'emploi. Ces aspects reviennent sur le devant de la scène dès qu'il y a changement de tech- nologie ou introduction d'un nouveau procédé. La controverse, autour de l'innocuité de la télépho- nie cellulaire, ne semble pas avoir affecté (jusqu'à présent) l'usage probable des portables mais elle a déjà réussi à faire déplacer certains équipements de transmission. Cette demande de sécurité est le plus souvent bien identifiée dans les enquêtes «qualité» et, en même temps, elle fait écho au développement durable puisqu'elle conduit à se préoccuper de dom- mages potentiels à l'homme et à la nature. Démarches qualité et développement durable se retrouvent également en résonance autour du concept de traçabilité ou de la possibilité à tout uti- lisateur potentiel de vérifier le «pedigree» du produit en termes de cycle de vie : matière première ?*? transformation->?distribution,etc. L'origine géographique, les méthodes de pro- duction agricoles ou industrielles, les types de res- REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 10/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org sources utilisées (aux plans humain, matériel, finan- cier, etc.) deviennent des éléments d'appréciation de l'offre et la transparence sur ces aspects un élément de préférence du fournisseur. Au lendemain de la crise de la « vache folle », la marque alimentaire Charal (vente de portions de bceuf sous vide) a centré sa communication publicitaire sur les avantages offerts en termes de traçabilité par son respect de la norme HACCP '4)_ Plus récemment, la gamme « Pêche Responsable » du groupe Carrefour, s'adresse aux consommateurs de poissons... et de tra- çabilité. La recyclabilité des produits « en fin de vie » (c'est-à-dire après usage par le consommateur final) s'impose également comme un enjeu à forte réso- nance sociétale en raison de la visibilité matérielle de l'accumulation de déchets, des nuisances mul- tiples qu'elle entraîne et de la forte pression qu'elle exerce sur la fiscalité locale. Le degré de prise en charge, par les produc- teurs, de leurs propres productions arrivées en fin de vie, devient un élément potentiel de différenciation de l'offre entre concurrents d'un même secteur. Depuis quelques années, les grands de l'infor- matique rivalisent pour offrir des facilités de récupé- ration des déchets électriques et électroniques. Hewlett-Packard, en partenariat avec les magasins Office Dépôt, annonçait la récupération de 50 000 tonnes de matériel en 2003- Le Prix servation des intérêts de chacun et de recherche d'un partage équitable entre client et fournisseur. Y entre également une certaine éthique de la négocia- tion dans laquelle il n'est pas forcément de l'intérêt bien compris du plus fort, d'abuser de sa position et qu'il est, à terme, plus rentable de maintenir en vie le plus grand nombre possible de clients et de four- nisseurs. Un prix peut être injuste, soit en étant trop élevé, soit en étant perçu comme anormalement faible. Facturer à l'utilisateur des charges dont il n'est pas responsable ou qui n'ont rien à voir avec le ser- vice qui lui est rendu, pourra conduire, par exemple, à des prix perçus comme «injustifiés» (cf. conflits non encore résolus autour de la tarification de l'eau) ; Mettre sur le marché des produits à la moitié ou au quart du prix moyen de référence peut entraîner des suspicions de dumping social ou environne- mental qui se révèlent malheureusement souvent fondées. L'acceptation concertée d'un juste prix ou d'une fourchette de prix considérée comme telle par les acteurs du marché, représente typiquement un terrain de rencontre entre marketing et développe- ment durable : il ne concerne pas que quelques cré- neaux ou niches particulières (ex. commerce dit «équitable») mais interpelle également l'ensemble des procédures d'achat industrielles publiques ou privées qui laissent encore leur chance aux moins-disants sociaux et environnementaux. Dans un contexte de mondialisation introdui- sant une concurrence libre mais très souvent faus- sée, les acheteurs, qu'ils soient professionnels ou grand public, se trouvent de plus en plus conduits à analyser ou à interpréter des écarts de prix impor- tants pour un même type de produit ou de service. L'intégration, par les acheteurs, de préoccupa- tions liées au développement durable remet sur le devant de la scène la notion de -juste pnx» qu'on aurait pu croire tombée en désuétude. En effet, cette notion ajoute au principe du prix d'équilibre offre / demande, une dimension de pré- La Relation Client C'est souvent par le canal des contacts, plus ou moins fréquents, entre clients et fournisseurs, que l'on repère l'existence de préoccupations sociales ou d'intérêt général, avant même qu'il soit ouvertement question de «développement durable» ?. - questions du client aux vendeurs ou aux conseillers commerciaux sur la fiabilité d'em- ploi des produits, sur les «garanties» du four- nisseur au moment de l'utilisation des pro- Hazard Analysis and Control of Cntical Point REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 11/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org duits (on voit bien apparaître dans cette rela- tion, la reconnaissance d'un risque et l'accep- tation d'une responsabilité par le fournis- seur...) ; - information apportée par le vendeur quant aux composants, procédés, certifications, avec une mise en avant des avancées en matière de responsabilité sociale et environnementale et, également, un conseil et un accompagnement du client dans l'utilisation des produits ou la bonne mise en ceuvre d'une technologie afin de l'aider à devenir lui-même plus performant par rapport aux exigences de ses propres clients ou par rapport à des règles auxquelles il doit lui-même se conformer : - plusieurs enseignes de la grande distribu- tion alimentaire diffusent des consignes de comportement « responsable » à travers leurs magazines consommateurs ou en dif- fusant des guides spécifiques ; - pour guider ses clients vers des choix et des pratiques plus écologiques, le groupe Lafarge a créé une base de données acces- sible aux différents acteurs de la filière BTP et mis à leur disposition un service de conseil téléphonique. La rencontre entre marketing et développement durable ne peut que renforcer l'utilité et la portée stratégique de ce dialogue client - fournisseur : - le développement durable, dans ses diffé- rentes définitions, accorde une place impor- tante à la participation du destinataire ou de l'utilisateur (qu'il soit consommateur, citoyen, contribuable ou usager...) à la conception, à la mise en ceuvre et à l'évaluation des actions qui lui sont destinées ou qui le concernent ; - l'expertise marketing valorise de plus en plus, notamment autour des concepts de fidélisation et de «capital client», l'établissement d'une rela- tion partenariale entre clients et fournisseurs. « Dans un marché de plus en plus concurren- tiel, l'écoute et la satisfaction ne suffisentplus àfidé- liser un client Nous devons nous comporter en véri- tablepartenaire capable deprendre en compte, avec des solutions adaptées, les enjeux auxquels ce dernier doitfaireface », lit-on dans le programme « Clients for life » de Sodexho. La relation partenariale offre un terrain favo- rable à l'intégration d'objectifs de développement durable dans la mesure où : - elle favorise l'échange d'information en conti- nu (sur les difficultés rencontrées, les solu- tions à l'étude, les progrès réalisés...) ; - elle incite à une mutualisation des expertises : - celle apportée par le producteur ou par le distributeur, celle apportée par l'utilisateur ou le consommateur (qui est encore trop souvent contestée ou négligée : "they don't have the knowledge» entend-t-on encore même dans des grandes maisons du mar- keting...) ; - celle apportée par des tiers indépendants (Bureaux d'études, laboratoires, ONG spé- cialisées...) ; - elle conduit à élargir le champ desprestations : de la livraison d'un produit aux services faci- litant la mise en ?uvre et, de ces services, à l'ingénierie permettant d'anticiper et de tirer un meilleur parti des changements technolo- giques. Cet élargissement prépare le terrain à une stra- tégie d'accompagnement des clients aux différentes étapes du cycle «approvisionnement - fabrication - distribution - consommation» dont l'optimisation, sous l'angle social et sous l'angle environnemental, est une préoccupation centrale du développement durable. REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 12/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org INTÉGRER DES OBJECTIFS DE DÉVE- LOPPEMENT DURABLE DANS UN PROGRAMME MARKETING : ÉTAPES À RESPECTER Une fois clarifiés les concepts précédents et après vérification de la volonté d'intégrer réellement les objectifs de développement durable dans l'activité et dans les performances de l'entreprise ou de l'organi- sation, le travail de construction d'un marketing com- patible, c'est-à-dire susceptible de contribuer efficace- ment à l'atteinte de ces objectifs, peut commencer. - Une première étape consiste à analyser la sensibilité du marché ou du segment visé aux enjeux de Développement durable. - Réflexe de base en marketing : faire le point avec l'univers client. D'où part-on ? De quoi parle-t-on ? Quel est le niveau d'information, d'intérêt, d'implication ? -Une deuxième étape consiste à élaborer un diagnostic de l'entreprise et de son offre face au marché ou au segment visé, sous l'angle de ses atouts et de ses handicaps en matière de déve- loppement durable : le personnel, les clients, l'ensemble des partenaires de la sphère profes- sionnelle peuvent être associés à cet exercice au cours duquel chacun découvrira, à des degrés divers, la réelle implication voulue ou subie, de l'entreprise par rapport à des enjeux sociaux, environnementaux, éthiques... - Une troisième étape est celle de la définition d'objectifs marketing associés à la recherche d'impacts positifs au plan du développement durable : pour les professionnels du marke- ting, c'est peut-être, dans cette construction, l'exercice le plus nouveau. Il est naturellement facilité si l'état des lieux a été fait concernant la sensibilité du marché et le positionnement de l'entreprise ou de son offre en matière de développement durable. - La quatrième étape porte sur la conception et la mise en ?uvre de programmes ou de plans d'action susceptibles d'atteindre les objectifs et les impacts précédemment définis : le cadre méthodologique du marketing (chaînage «Stratégie - Plan marketing - Plans d'action», équilibrage du marketing mix...) peut-être conserve mais il accueillera des actions d'un type nouveau et exigera, de la part de tous les acteurs de la chaîne «marketing - communica- tion - vente», un effort de créativité et, très probablement, de formation. - Une cinquième étape peut-être présentée comme celle qui va «transformer l'essai- de l'intégration d'objectifs de développement durable dans le marketing de l'entreprise : elle consiste à mettre en place un dispositif de suivi et de mesure des effets et à organiser une communication continue destinée à valo- riser les efforts engagés et les premières per- formances obtenues sur les 3 registres : per- formance économique, performance sociale, performance environnementale. Cette idée d'un plan de valorisation répond à la nécessité d'expliquer, de faire mieux com- prendre l'utilité de ce couplage marketing x développement durable, et de démontrer les différents avantages que chaque partie prenan- te à l'activité de l'entreprise peut en tirer. REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 13/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Encadré 2 Étapes pour intégrer des objectifs de développement durable dans un programme marketing 1/ Analyse de la sensibilité du marché ou du segment visé aux enjeux de développement Durable. C2l Diagnostic de l'entreprise et de son offre face au marché ou au segment visé. C3/ Définition d'objectifs marketing et de leurs impacts attendus en termes de développement durable. C4/ Adaptation ou restructuration du programme marketing pour intégrer objectifs et impacts développement Durable. Sl Plan de valorisation des efforts engagés et de performances obtenues. Analyse cle la sensibilité « Développement Durable » du marché ou du segment visé II s'agit de vérifier le degré d'attention et d'in- térêt que les acheteurs potentiels, particuliers ou entreprises, peuvent porter à l'égard de considéra- tions environnementales, sociales et éthiques lors- qu'ils se trouvent en position de recherche d'infor- mation ou de prise de décision concernant le choix d'une technologie, d'un fournisseur, d'un produit ou d'un contrat de service. Dans le domaine des biens de grande consom- mation, plusieurs enquêtes montrent qu'il existe une «sensibilité écologique potentielle» ou, plus générale- ment, sociétale. Cette sensibilité se repère selon plu- sieurs paliers. On trouve assez souvent, dans les résultats d'enquête, des structures du type : - 50 % "d'insensibles" (déclarent «nepasseposer la question ou nepas avoir cespréoccupations en tête-), - 30 % de -sensibles inactifs» («seposent la ques- tion mais ne le traduisent pas vraiment dans leurs choix effectifs"), - 20 % de « sensibles actifs » (déclarent « décaler effectivement leur choix par rapport à des cri- tères environnementaux ou sociétaux »). Parmi ces sensibles actifs, on pourra trouver de 33 % à 50 % de répondants déclarant être prêts à payer davantage si nécessaire pour accéder au pro- duit ou au service répondant à leurs attentes socié- tales (environnementales, sociales, éthiques...), soit environ 7 % à IO % du total enquête disposés à payer davantage. Ce type de configuration étant bien sûr appelé à varier d'un segment de clients à l'autre. Deux enquêtes, effectuées à deux ans d'inter- valle par la société Ethicity, tendent à montrer que la part des consommateurs les plus impliqués et les plus actifs au plan du développement durable, est en train d'augmenter : selon la typologie utilisée dans ces enquêtes, les « engagés » (ceux qui se déclarent prêts à payer plus cher et susceptibles de s'engager dans une action collective) représentent IO % de l'échantillon consulté en 2003 et 15,3 % en 2004 ^ Typologie des Consommateurs Responsables Enquêtes auprès d'échantillons représentatifs de la population française âgée de 15 à 70 ans / www ethicity net REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 14/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Dans le domaine des biens ou des services industriels, on peut interroger des échantillons d'acheteurs professionnels quant à leurs consignes et à leurs règles de décision. Au-delà du déclaratif, un suivi des politiques d'achat des grands donneurs d'ordre, publics et privés, peut permettre d'apprécier la progression des critères de référencement ou de sélection à portée environnementale, sociale ou éthique : Principes de conduite des affaires, Chartes d'environnement, Cahiers des charges d'appels d'offre, Témoignages des fournisseurs actuels et potentiels... Si l'on met à part les études ou les exploitations qui sont faites pour des créneaux bien particuliers (ex. marché des produits alimentaires -bio», militants du commerce équitable, tourisme écologique...), on constate que la mesure ou même le repérage approximatif d'une sensibilité «développement durable» restent absents de la plupart des plans de segmentation de base des entreprises. Des banques, des constructeurs automobiles, des agents immobiliers, des sociétés de transport, des entreprises de presse, des fournisseurs de matériels informatiques manquent probablement chaque jour d'intéressantes opportunités de marché en ne diffé- renciant pas leur offre sous l'angle «développement durable» pour des segments ou des catégories de clien- tèle dans lesquels la proportion de «sensibles actifs» peut, par exemple, atteindre ou dépasser les 30%... Diagnostic de l'entreprise et cle son offre en termes cle développement durable L'objectif de cette étape est de vérifier le posi- tionnement acquis par l'entreprise, par ses produits, par son organisation sur différents aspects touchant au développement durable et, en particulier, ceux sur lesquels la clientèle visée se révèle sensible (résultats de l'étape I). Ce diagnostic doit pouvoir s'effectuer en exter- ne et en interne : - en externe, en procédant à une enquête d'évaluation de l'image et des performances d'une sélection de fournisseurs (dont l'entre- prise réalisant le diagnostic) auprès d'un échantillon d'acheteurs ou d'utilisateurs potentiels ; - en interne, en associant le personnel et les cadres dirigeants à un exercice d'identification des forces et faiblesses et des opportunités et menaces, sous un angle développement durable (tableau I) ; - en interne et en externe de manière combinée pour identifier tous les terrains de progrès possibles aux différentes étapes du cycle de vie des produits ou de l'offre de l'entreprise, «du berceau à la tombe» (figure 3). Commentaires sur le cas présenté : Les éléments de l'analyse SWOT ou FFOM®, donnés ici à titre d'illustrations, représentent tous des cas de figure rencontres couramment dans la vie des entreprises. Dans le cas présenté, l'entreprise se situe dans une activité de transformation peu pol- luante, mais la recyclabilité de ses produits en fin de vie pose problème. Au plan des ressources humaines, l'entreprise pratique un recrutement diversifié (âge, sexe, profil métier, profil socio-ethnique, etc...) et peut appa- raître, de ce point de vue, comme un acteur contri- buant à lutter contre les discriminations. En revanche, le fait que certaines unités de production aient été récemment fermées sans qu'un reclasse- ment ait pu être assuré à la totalité des salariés, dégrade la performance sociale de l'employeur et, en tous cas, interdit tout triomphalisme sur cette dimension du développement durable. L'entreprise estime également bénéficier d'une image de sérieux, avec du personnel compétent et des clients qui apprécient, par une fidélité peut-être plus élevée que ce qui est observé en moyenne dans le secteur d'activité. L'entreprise n'a cepen- dant pas, jusqu'à présent, communiqué auprès de ses clients ou de sa sphère professionnelle sur l'une quelconque de ses avancées ou de ses intentions au plan RSE. Strengths and Weaknesses, Opportunités and Threats / Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 15/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Tableau 1 Diagnostic sur le positionnement «développement durable» d'une entreprise - Cas fictif - Situation actuelle Forces ? Activité de fabrication ou de transformation peu polluante ? Diversité de recrute- ment (RH) ? Image de sérieux et de compétence, fidélité clients Faiblesses ? Taux de recyclabilité des produits en fin de vie encore faible ? Fermeture récente de sites d'activité avec destruction d'emplois ? Absence de communi- cation clients sur le registre PSE Perspectives Opportunités ? Technologie de valori- sation de composants usagés récemment mise au point ? Personnel très motivé sur les questions envi- ronnementales ? Important distributeur à la recherche de fournis- seurs pouvant adhérer à sa charte de dévelop- pement durable Menaces ? Interdiction prochaine, sur l'un des marchés les plus prometteurs, d'un élément entrant actuellement dans la composition des pro- duits ? Concurrent principal très actif en communi- cation BSE, leader sur l'un des segments les plus rentables ? Rumeurs et suspicions sur les pratiques sociales de l'un des principaux fournisseurs de la marque Figure 3 Diagnostic sur le positionnement Développement Durable d'une entreprise ou d'une offre Analyse du Cycle Production - Consommation sr\ Phase « Amont » PRODUCTION de matières premières ou produits intermédiaires VALORISATION RECUPERATION FABRICATION TRANSFORMATION en produits finis commerciahsables CONSOMMATION utilisation finale DISTRIBUTION après-vente Phase « Aval » REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 16/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org La mise en perspective d'un certain nombre de «menaces» et «d'opportunités» va peut-être inciter l'entreprise à s'impliquer plus activement sur certains enjeux de développement durable qui ont chacun une résonance marketing incontestable : - l'accès à une technologie de valorisation doit être organisé pour éviter aux distributeurs ou aux consommateurs ultimes de se retrouver avec des encombrants problématiques «sur les bras» ; - une stratégie claire doit être définie sur le maintien ou l'abandon d'un composant ou d'une matière qui est autorisé sur le marché intérieur («domestique») mais qui ne va plus l'être sur un marché extérieur important. De même, concernant la poursuite ou non de la collaboration avec un fournisseur qui était jus- qu'à présent un partenaire important de l'en- treprise... ; - une étude ou un test de démarche commer- ciale, est peut-être nécessaire pour vérifier la sensibilité et l'intérêt d'une communication orientée KSB ou développement durable sur le segment rentable travaillé par le principal concurrent ; -le responsable marketing doit s'entourer de tous les conseils internes et externes qui lui sont accessibles pour voir comment l'entrepri- se peut construire et présenter une offre adap- tée aux critères «développement durable» de la grande chaîne de distribution qui cherche des candidats à la hauteur de sa nouvelle charte... ; - enfin, les dirigeants de l'entreprise seront bien inspirés de jouer la carte d'un personnel moti- vé par les questions environnementales, atout qui avait été peut-être ignoré avant la réalisa- tion de ce diagnostic. Chacune des 5 étapes prélève des ressources et les transforme en produits et services en rejetant au passage des déchets, des effluents (liquides ou gazeux), des nuisances (bruit, odeurs, encombre- ments...) en mobilisant des surfaces (emprise) et en provoquant, dans certains cas, des dégradations (des sols, des paysages...). Chacune des liaisons entre ces étapes (dans ce schéma simplifié, il y en a 5 : a, b, e, d, e) donne lieu à, du conditionnement (avec consommation de matière), du stockage (avec consommation d'espace, consommation d'énergie...), du transport (avec consommation d'énergie, pollution de l'air, contribu- tion à l'effet de serre, consommation d'espace et encombrement...). En analysant sa chaîne d'approvisionnement (« Supply Chain ») et l'ensemble des étapes du cycle « production - distribution - consommation », un res- ponsable «produit» peut donc identifier au moins une dizaine de lieux, d'étapes ou de liaisons constituant autant de terrains de veille et de progrès au plan environnemental. Cette analyse en boucle peut également servir au plan social et humain à condition de définir «les consommations de ressource», dommages et pertes de toute nature pouvant affecter chacune des étapes et chacune des liaisons entre étapes. Définition d'objectifs marketing et de leurs impacts attendus en termes de développement durable II s'agit d'explorer les articulations ou les croi- sements qui peuvent exister entre, d'une part les résultats et les effets visés en marketing dans le cadre, par exemple, d'un plan ou d'un programme pluriannuel, et, d'autre part, l'amélioration du posi- tionnement « développement durable » de l'entre- prise. On peut illustrer cette étape en reprenant le cas de l'entreprise fictive évoquée dans l'étape précé- dente. À la suite de son travail de diagnostic (Éva- luation FFOM et Analyse du Cycle Production- Consommation), l'entreprise a identifié huit domaines de progression ou aspects du développe- ment durable sur lesquels elle souhaite améliorer ses performances : Économie d'énergie et de matière, Diminution de la production de déchets, Recyclabilité des déchets, Réduction des émissions de CC>2 (effet de serre), Amélioration de la Sécurité Industrielle, Développement des compétences, Création d'emplois, Renforcement de la Cohésion Sociale. REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 17/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Par ailleurs, le plan marketing en cours d'éla- boration est structure autour de trois types d'objec- tif Acquérir une nouvelle clientèle , Faire monter en gamme une clientèle existante , Fidéliser un segment à forte sensibilité environnementale L'articulation entre les 3 objectifs marketing et les 8 domaines de progression, identifiés au titre du développement durable, peut s'effectuer en construi- sant une matrice 3 X 8, et en identifiant ou en ima- ginant des types d'action susceptibles de couvrir, par leurs effets, une ou plusieurs cases de cette matrice Par exemple, pour l'objectif I, « Acquérir une nouvelle clientèle », deux actions sont envisagées . - Action 1-1 Intégrer, dans lesplans d'action com- merciale, des formes de prospection " douces - (respectueuses de I environ- nement) telles que le «parrainage » ou l'animation de réseauxprescripteurs Les impacts attendus, via une dimi- nution des déplacements et une réduction de volumes de publicité imprimée, concernent la consomma- tion d'énergies de matières, la pro- duction de déchets et la réduction d'émission de gaz à effet de serre - Action 1-2 Gérer la clientèle supplémentaire créée en recrutant un personnel adapté à de nouveaux profils de client (social, culturel, linguistique) En plus de ses effets en matière de création d'emploi, cette action contri- bue à développer la cohésion sociale en ouvrant notamment l'éventail qua- litatif des ressources humaines recherchées (diversification du recru- tement) Pour l'objectif 2, « Faire monter en gamme une clientèle existante -, deux actions sont envisagées - Action 2-1 Mettre à disposition des clients un produit ou un équipement plus per- formant en termes de qualité de ser- vice et répondant à des normes envi- ronnementales plus exigeantes que les "produits traditionnels - ou que les équipements mis en place jusqu'à présent Cette action peut avoir des impacts positifs sur les 4 domaines de pro- gression environnementaux Éner- gie-Matières , Volume déchets , Recyclabilité déchets , Gaz à effet de serre - Action 2-2 Former une partie du personnel et développer de nouveaux savoir-faire pour assurer un service ? haut de gamme» Par cette action, l'entreprise contri- bue au développement des compé- tences de son personnel et accroît sa capacité d'adaptation Pour l'objectif 3, - Fidéliser un segment à forte sensibilité environnementale », trois actions sont envisagées - Action 3-1 Remplacer une communication papierpar un service de transmission ou de consultation électronique Cette action contribue à réduire les consommations énergies-matières et la production de déchets - Action 3-2 Distnbuer des produits et services à domicilepar des véhiculespropres Cette action permet de donner plus de confort et de service sans accroître les émissions de gaz à effet de serre - Action 3-3 Abandonner des fournisseurs ou des filières utilisant des produits ou des procédés dangereux pour les per- sonnes employées et/ou domma- geables à l'environnement Cette action contribue à la progres- sion de l'entreprise en termes de sécuritéindustrielle REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 18/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Tableau 2 Domaines de progression en termes de développement durable OBJECTIFS MARKETING Economie d'Énergie etde Matière Production dedéchets Recyclage des déchets Réduction effet de serre Sécurité industrielle f Développe- mentdes compétences Création d'emplois Cohésion sociale Acquérir une nouvelle clientèle Action 1-1 Action 1-1 Action 1-2 Faire monter en gamme une clientèle existante Action2-1 Action 2-2 Fidéliser un segment à forte sensibilité environne- mentale Action 3-1 Action 3-2 Action 3-3 Le tableau n° 2 situe chacune de ces actions dans la matrice 3 x 8 . ' On peut constater, dans l'exemple simulé, que chacun des 8 domaines de progression, en termes de développement durable, est « impacté » par au moins une des 7 actions du plan marketing envisagé. Adaptation et restructuration du programme marketing pour intégrer objectifs et impacts sociaux et environnementaux Les types d'action, évoquées à l'étape précé- dente, ne sont pas nécessairement celles qui vont être exactement mises en ceuvre. Il reste, en effet, à vérifier leur faisabilité, à simuler leur efficacité et à comparer leur rentabilité ou leur efficience afin d'établir la sélection la plus prometteuse dans l'at- teinte simultanée d'objectifs marketing et de perfor- mances au plan du développement durable. Ce travail de comparaison et de hiérarchisation pourra s'appuyer, tout d'abord, sur un référentiel plus complet d'adaptations ou de mesures nouvelles applicables à toutes les composantes du marketing mix (tableau 3). REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 19/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Tableau 3 Intégration d'objectifs sociaux et environnementaux Quelques axes d'adaptation pour chaque élément du prix Produit ? Sélection de fournisseurs ou de filières d'approvisionne- ment performants au plan BSE ; ? Adoption de procédés de transformation ou de fabrica- tion respectueux des hommes et de l'environnement ; ? Amélioration de la recyclabilité des produits ou des équi- pements en bout de chaîne. Distribution 1 Recrutement et formation de personnel pour améliorer et renforcer les fonctions d'accueil ; ?Mise aux normes ISO 14000 ou HQE des points de vente ou lieux d'accueil ; 1 Facilités offertes aux clients pour la récupération des matériels usagés ou la reprise des conditionnements ; 1 Sélection de distributeurs performants au plan PSE. Prix ? Justification de hausses par l'intégration, dans les coûts, de mesures sociales et environnementales (partage de l'effort avec le consommateur) ; ? Incitation tarifaire pour les utilisateurs adoptant des com- portements «vertueux» (ex. remise sur achat pour des utilisateurs des transports en commun...) ; ? Baisses de prix répercutant au consommateur les éco- nomies réalisées grâce à leur comportement «respon- sable» (ex. primes d'assurance à la baisse avec la réduction du nombre d'accidents). Communication 1 Intégration des méthodes de «prospection douce» (moins agressives, plus économes en énergie ou en matière...) ; ? Consignes aux utilisateurs pour une utilisation plus res- ponsable des équipements et des ressources mises à leur disposition (réduction du gaspillage eau, électricité, respect des lieux et des prescriptions de sécurité, etc.) ; ? Communication régulière sur toutes les améliorations acquises grâce aux efforts de tous, et sur les efforts à faire pour résoudre les problèmes persistants. Une attention particulière devra être accordée au contrôle de la « lisibilité » : dans tout ce qui est envisagé pour améliorer les performances sociales et environnementales du programme marketing en cours d'élaboration, qu'est-ce que les clients pour- ront effectivement voir, comprendre, vérifier, com- parer ? lions innovantes dont le client ou le bénéficiaire peut lui-même mesurer les effets (ex. réduction visible d'un volume de déchets, baisse de la consom- mation d'eau ou d'énergie, amélioration de l'état d'une ressource naturelle proche, amélioration du climat social, dialogue et coopération entre acteurs qui auparavant s'ignoraient...). Pour rester crédibles, les impacts, annonces au plan du développement durable, ne doivent pas être garantis uniquement par de la transparence, de la traçabilité ou de la certification ; ils doivent être, au moins pour partie, ressentis et vécus de manière tan- gible grâce notamment à la mise en ceuvre de solu- L'efficacité et la cohérence d'ensemble du pro- gramme marketing peuvent être vérifiées par l'éla- boration d'un bilan prévisionnel dans lequel sont confrontés quatre dimensions, décrites chacune de manière synthétique par une sélection de quelques indicateurs chiffres (tableau 4). REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 20/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Tableau 4 Intégration d'objectifs sociaux et environnementaux Structure type pour un bilan marketing prévisionnel Effets attendus au plan marketing ? sur la part de marché ; ? sur le nombre de clients ; ? sur le CA moyen / client ; ? sur les coûts de gestion et de maintenance clients ; ? sur la durée de vie moyenne comme client ; ? sur la satisfaction client. Impacts sociaux et environnementaux attendus 1 sur la consommation d'énergie et de matière ; 1 sur la production de déchets ; 1 au plan de la création d'emplois ; 1 au plan de la sécurité industrielle ; ? sur les émissions de gaz à effet de serre ; 1 sur la cohésion sociale, la lutte contre les discriminations. Contraintes et coûts de transformation à absorber 1 coûts supplémentaires d'étude et de veille ; 1 coûts R&D, Eco-conception imputables à des lignes de produits ; 1 coûts de mise en place des adaptations ou des mesures nouvelles (communication, formation, gestion...) ; 1 délais de mise en oeuvre. Évaluation globale 1 retour sur investissement : flux de marge additionnelle / coûts additionnels (étude et mise en place) ; 1 temps de retour ; ? indice de performance environnementale (synthèse mul- ticritères) ; 1 indice de performance sociale (synthèse multicritères) ; ' développement du capital client. Plan de valorisation des efforts engagés et des performances obtenues II s'agit de faire connaître les résultats acquis au plan du développement durable et de s'assurer que l'entreprise en tire le meilleur parti possible. L'utilité d'un plan spécifique de «valorisation» provient de ce que la communication d'entreprise institutionnelle ou commerciale, ne se prête pas tou- jours au dosage très particulier de l'information et de l'argumentation en matière de développement durable. La base d'un plan de valorisation, c'est un dis- positif de suivi et de mesure des effets comprenant : - une description et un chiffrage des actions engagées («les efforts»...) ; - la mesure quantitative des progrès réalisés dans les différents domaines du développe- ment durable («les performances»...) ; et l'élaboration d'un tableau de marche faisant apparaître une graduation des performances : - entre des domaines pour lesquels des avan- cées importantes peuvent être mises en évi- dence (avec des faits chiffres incontestables) ; - et des domaines pour lesquels beaucoup reste à faire en expliquant les difficultés rencon- trées et en indiquant les approches à l'étude et les moyens envisagés. Cette graduation, dans la présentation des per- formances par domaine, est essentielle pour alimen- ter une communication objective qui doit prendre en REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 21/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Tableau 5 Suivi de la performance environnementale Ex Indicateurs utilisés par Nestlé SA selon la spécification ISO 14031 (concerne les procédés de transformation et de fabrication des produits dans 90 % des usines du groupe) Variables observées ? Consommation d'énergie ? Gaz a effet de serre ? Acidification de l'air ? Destruction couche d'ozone ? Consommation d'eau ? Rejets d'eau usée ? Production de déchets ? Taux global de recyclabilite Unité de mesure par tonne de produit fabrique IO9 joules Kg de CO2 Kg de SO2 équivalent g R-11 m3 m3 Kg % sur production totale de dechets Valeurs 1997 4,55 241 1,74 2,76 11 8,86 103 75,7 Valeurs 2004 2,73 133 0,65 0,29 5,27 4,26 57,4 77 Sources the Nestle Sustainability Review 2003, Rapport de gestion Nestle 2004 et www environment nestle com compte l'ensemble des terrains de progression et pas uniquement ceux sur lesquels l'entreprise a obtenu des résultats flatteurs Le deuxième élément d'un plan de valorisation est la certification, par un tiers agréé, de la fiabilité et de la sincérité des données fourmes en matière de développement durable Le nombre de domaines et de critères à couvrir, l'imprécision de certains types de mesure, le risque élevé d une interprétation erro- née ou biaisée de l'information produite, diminuent en effet fortement la crédibilité de l'auto-évaluation Enfin, le volet «communication» proprement dit du plan de valorisation doit viser, non seulement les clients ou le marché de l'entreprise, maîs également le personnel de l'entreprise, les différents partenaires professionnels (fournisseurs, distributeurs ), les pouvoirs publics , et les actionnaires II peut comprendre un certain nombre de mes- sages élémentaires accompagnant tout acte commer- cial et destinés à rappeler les priorités du moment en matière de développement durable ex -Pour rédui- re les émissions de CO2 dans l'atmosphère, voilà ce quefait l'entrepnse, voilà les résultats qu'elle a obte- nujusqu'àprésent, voilà ce que vous, "Client", pouvez faire et ce que cela apportera» Le volet «communication» pourra comprendre également des facilités d'accès à des informations plus approfondies ou plus personnalisées (ex ques- tions sur des procédés industriels, traçabilité, ques- tions d'éthique ) avec des dispositifs tels que sites Internet, accueils téléphoniques dédiés, invitations à des visites d'installations pilotes ou à des démons- trations de produits ou de procédés REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 22/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org CONCLUSION On peut être conduit, à l'issue de cette présen- tation, à se poser la question de ce que finalement chacune des deux notions peut retirer de cette ten- tative de rapprochement ou d'interpénétration. Autrement dit «q u'est-ce que le marketing apporte au développementdurable?»et«qu'est-cequeledévelop- pement durable apporte au marketing ?» Une approche plus' concrete et plus vivante du développement durable Sous l'angle du développement durable et des pratiques publiques et privées qui s'y réfèrent, le marketing bien intégré peut être source d'efficacité et d'efficience. Il donne tout d'abord un contenu concret à un concept parfois ressenti comme trop général ou trop abstrait : - le fait d'intégrer, dans la recherche de solutions plus avantageuses au plan social ou au plan environnemental, les freins et les motivations liés aux mentalités et aux habitudes comporte- mentales des personnes et des groupes, accroît la portée opérationnelle des projets ou des pro- grammesorientés«développementdurable»; - le fait d'accompagner les utilisateurs dans l'usage qu'ils font des produits ou des équi- pements mis à leur disposition, favorise l'ob- servation et la mesure des effets réellement obtenus par chacun dans différentes condi- tions d'utilisation. Il sera ainsi possible de montrer que le recours à telle technologie, à tel procédé ou à tel mode d'utilisation réduit effectivement de 50% les émissions de CC>2 et que l'adoption de la technologie, du procédé ou de la pratique par 20% du marché, c'est 10% de CC>2 en moins pour l'ensemble du marché. Cela parle, c'est significatif et cela établit un lien convaincant entre le comporte- ment de chacun et l'obtention d'un résultat au niveau de la collectivité ; - le recours aux concepts et aux outils du mar- keting permet en outre de renforcer l'efficacité des dispositifs de concertation préconisés par les démarches de développement durable ; en particulier, l'accès à une connaissance plus fine des attentes et des motivations des diffé- rentes parties prenantes, permet de faire res- sortir les risques d'incompréhension, d'oppo- sition et de repérer, à l'inverse, les terrains possibles de coopération ou de compromis. De même, la dynamique relationnelle « gagnant / gagnant », introduite par le marke- ting, stimule la créativité des différentes par- ties dans la recherche de lignes de partage plus satisfaisantes pour chacun et globalement plus performantes. Un enrichissement et un renforcement de la fonction marketing En se plaçant au service de nouveaux types d'exigences sociales, environnementales... ou en s'adaptant à des considérations éthiques, les concepts et les méthodes du marketing ne peuvent que s'enrichir. Parmi les apports les plus significatifs d'une adaptation à ces nouveaux types d'exigence, on peut retenir. L'intelligence du long terme, l'aptitude des hommes et des entreprises à relier ce que l'on est capable de concevoir et d'entreprendre aujourd'hui, à des enjeux plus lointains, à des évolutions plus complexes, à des possibilités de réponses multiples mais non encore maîtrisées. L'adaptation à des changements culturels ou de société Cet élément peut être considéré, à juste titre, comme faisant déjà partie des principes de base du marketing. Mais l'intégration d'enjeux de développe- ment durable invite les entreprises à renforcer cette capacité d'adaptation si possible par la mise en place d'équipes pluridisciplinaires à même de comprendre les changements de valeur, révolution des modes de vie, l'apparition de nouveaux enjeux ou de nou- velles contraintes sociétales et d'en déduire les types d'attente et de besoin qui vont en découler sur les différents marchés. REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 23/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org La recherche d'un équilibre entre un marketing « yie/d oriented » Où l'on se préoccupe principalement de renta- biliser des comptes clients, et un marketing « asset onented -, où l'on cherche prioritairement à préser- ver et à développer ces actifs d avenir que sont le capital client et l'image de l'entreprise ou de la marque II est intéressant de noter ici que l'introduc- tion d enjeux de developpement durable contribue à faire redécouvrir ce qui constitue le véritable pain moine d'une entreprise sous l'angle marketing Le client comme acteur et partenaire Le défi d'avoir à progresser simultanément sur plusieurs terrains de nature différente, économiques, sociaux, environnementaux ou éthiques, conduit les entreprises à s intéresser davantage aux différentes formes de coopération et de partenariat leur per- mettant d'externaliser ou de relayer, vers d'autres acteurs, une partie de l'effort à consentir Dans ce contexte, le marketing va s'appuyer, plus qu'il ne l'aurait fait jusqu'à présent, sur le poten- tiel d'implication et de participation des clients expé- rimentation et test d'offres nouvelles, co-production de services, suivi et mesure de performance Vers un marketing durable Ces apports et ces enrichissements, liés à I in- troduction d'objectifs de développement durable, ne remettent pas en cause les fondamentaux du marke- ting, maîs ils marquent une évolution importante dans le maniement des concepts et des outils, ils élargissent le champ d application et d'évaluation et contribuent à modifier, dans un sens positif, l'image du marketing en tant que fonction de l'entreprise et en tant que discipline des sciences de gestion C'est peut-être dans ce sens, d'une démarche rénovée par un effort d'écoute et de prospective et redynamisée par la prise en compte de nouvelles exigences, que I on peut parler de « marketing durable» Le suivi des performances economiques, sociales et environnementales, effectué sur longue période et en association avec les principales parties intéressées, pourrait également être retenu comme l'un des ingrédients de ce marketing durable Quelques suggestions pour renforcer les liens entre développement durable et marketing et pour créer des conditions d'une intégration réussie Le concept de satisfaction durable On peut le définir en partant du constat que la satisfaction des clients s'accroît et s accumule dans le temps, non seulement lorsque le client estime <en avoir pour son argent', maîs également lorsqu il trou- ve, auprès de l'entreprise ou de l'institution fournis- seur, un lien valorisant faisant écho à ses préoccu- pations et aux valeurs auxquelles il est attache per- sonnellement, ainsi qu'une reconnaissance de sa propre compétence en tant que professionnel ou en tant que citoyen C'est cette capacité de l'entreprise à fournir à ses clients, à la fois du retour économique (valuefor money) et du retour psychologique (.ethical and sta- tus reward), qui ancre la satisfaction dans la durée et qui devient source d'une véritable création de valeur pour les clients ^ Renforcer la culture «développement durable» des chefs d'entreprise et des cadres dirigeants II s'agit, non seulement d'améliorer leur connaissance des problématiques sociales et envi- ronnementales en général, maîs également de déve- lopper leurs capacités à apprécier et comparer des expériences ou des pratiques avancées dans leur domaine professionnel de référence, et anticiper les contraintes et les opportunites qui peuvent se pré- senter Ces concepts ont ete introduits et développes par A Louppe et L Hermel rn ? Developper son Capital Client » -Afnor 2004 REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 24/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Encourager le dialogue inter-métiers au sein dés entreprises L'amélioration des performances sociales et environnementales nécessite presque toujours une approche pluridisciplinaire, une interpénétration de plusieurs types de savoir-faire (juridique, technique, financier, commercial...). L'animation d'un « dialogue à 4 » associant typi- quement un pôle marketing, un pôle R et D, un ser- vice consommateurs ou équivalent et un groupe projet chargé de tester et d'évaluer les solutions nou- velles envisagées, représente un montage particuliè- rement «intégrateur». On s'attachera en tous les cas à éviter que se crée, au sein de l'entreprise, un clivage stéréotypé entre «le bon écologiste» et le «méchant marketer». Donner aux cadres de la sphère marketing (fonctions Produits, Etudes, Communication, Vente, Stratégie ou Contrôle. .) une formation spécifique sur les aspects sociaux, environnementaux ou éthiques qui peuvent concerner, non seulement leur domaine d'activité, mais également les marchés sur lesquels opèrent leurs propres clients. Entretenir un dialogue permanent sur les questions de société - avec les clients ; - avec l'ensemble des partenaires professionnels (fournisseurs, distributeurs, agence de com- munication, prescripteurs divers) ; - avec despôles d'expertise indépendants (labo- ratoires universitaires, associations ou ONG spécialisées. ) ; cela par la réalisation d'enquêtes ou d'expéri- mentations menées en commun, par la création de groupes de réflexion ou de clubs d'innovation, par l'élaboration en commun de chartes ou de normes ou par toute autre construction partenariale. BIBLIOGRAPHIE Articles Brunel G (2004) - Mode et design éthiques les valeurs citoyennes séduisent de plus en plus les français, Le Monde, 21 Février, p 22 Chambre de Commerce et dindustries de Pans (2004) - Le développement durable en pratique, Revue de la CCIP ? Le Nouveau Courrier -, n° Ilô, p -31-36- Delattre S , Geoffroy A et Morin C (2005) - Responsabilité Sociale les entreprises cherchent encore leurs marques, Magazine Liaisons Sociales, Février, p 59-67 Delberghe M (2005) - L'électricien EDF et la chimiste Rhodia engagent leur ? responsabilité sociale ? à l'échelle mondiale, Le Monde, 4 Février, p 22 Gabriel P (2003) - Le marketing comme moyen de légitimation des entreprises dans une perspective de développement durable, Décisions Marketing, n° 29, Janvier-Mars Gasmi N , Grolleau G (2005) - Nike face à la controverse éthique relative à ses sous-traitants, Revue Française de Gestion, n° 33, p 115-136 Guillon B (2004) - A propos de ['intégration de l'écologie dans la stratégie marketing d'une enseigne spécialisée dans le tourisme le cas du groupe ACCOR, Revue Française de Marketing, n° 200, p 91-100 Hermel L , Louppe A (2002) - Marketing et situation de crise, Revue Française de Marketing, n° 186, p 5-20 REVUE FRANCAISE DU MARKETING POLE UNIVERSITAIRE LEONARD DE VINCI 92916 PARIS LA DEFENSE CEDEX - 01 41 16 76 50 JUILLET 06 Bimestriel Surface approx. (cm²) : 6582 Page 25/25 COMITE2 2260987000501/LB/LSA Eléments de recherche : Toutes citations : - COMITE 21 ou COMITE FRANCAIS POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE - www.agenda21france.org Hommani N (2004) - Qu'est-ce que le développement durable peut changer dans une compagnie aérienne ', Revue Française de Marketing, n° 200, p 83-90 Louppe A , Rocaboy A (1994) - Consuménsme Vert et Démarche Marketing ', Revue Française de Marketing, n° 98, p 36-47 Maignant I , Ferrello G (2004) - Corporate Social Responsability and Marketing an integrative Framework, Journal of the Academy of Marketing Science, n° 32, p 3-19 Maignan I, Swaen V (2004) - La Responsabilité Sociale d une organisation Integration des perspectives Marketing et Managénales, Revue Française de Marketing, n° 200, p 51-66 Monbeig-Andneu M (2004) - Lafarge et l'environnement, Ingénierie et Conseil, n° 51, p 12-13. Pinet B (2004) - Développement durable et marketing de l'emballage, Revue Française de Marketing, n° 200, p 27-38 Porter M E, Van Der Linde C (1995) - Green and Compétitive Ending the stalemate, Harvard Business Remew, Septembre-octobre, p 120-134 Secundi J (2003) - Développement durable Ces entreprises qui ont la cote, Le Nouvel Economiste, 6 Juin, p 57-59 Ouvrages et documents spécialisés Afnor (2003) - Développement durable, Responsabilité sociétales des entreprises guidepour la prise en compte des enjeux du developpement durable dans la stratégie et le management des entreprises, FOX 30021, SD 21000, 41 pages Alternatives Economiques (2003) - La consommation citoyenne, hors série pratique, n° IO, 144 pages Centre des |eunes Dirigeants de I Entreprise (2005) - Le Guide de la Performance Globale, Editions d'Organisation, 216 pages Comité 21 (1997) - Conjuguer Commerce et Environnement, Synthèse des Ateliers 21 ? Commerce, Environnement et développement -, Comité Français pour l'Environnement et le Développement Durable, 34 pages Comité 21 (2002) - Entreprises et développement Durable, Comite Français pour l'Environnement et le Développement Durable, 60 pages Delchet K (2004) - Qu est-ce que le développement durable ? , Afnor Collection » A savoir >, 59 pages Harvard Business Remew on Business and the Environment - Paperback (1999) - MBS Press Book, 272 pages Herme! L , Louppe A (2002) - Evaluation du capital Client, Afnor collection ? À savoir -, 48 pages Hermel L , Louppe A (2004) - Développer son capital Client, Afnor collection ? A savoir -, 56 pages Lecomte T (2003) - Lepan du commerce equitable, Editions d'Organisation, 380 pages Nestlé S A (2002) - Rapport sur le Developpement Durable, éd Nestlé S A , Affaires publiques, 48 pages Nestlé S A (2003) - Rapport sur le Développement Humain, éd Nestlé S A , Affaires publiques, 48 pages OCDE (2001) - Développement durable Les grandes questions, 556 pages OREE (2005) - Environnement le Guide de la relation client fournisseur, SAP Editions, 96 pages Union Européenne (2001) - Livre Vert Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises, Commission des Communautés Européennes, 35 pages

PARTAGER SUR

Envoyer le lien par email
1604
READS
1
DOWN
7
FOLLOW
5
EMBED
DOCUMENT # TAGS
#développement durable 

licence non indiquée


DOCUMENT # INDEX
Publicite, Marketing 
img

Partagé par  stanislas56

 Suivre

Auteur:
Source:REVUE FRANCAISE DU MARKETING