Guide-pratique-compostage


Guide-pratique-compostage

 

PETIT GUIDE PRATIQUE DU compostage « domestique » Pourquoi composter ? Pour réduire le volume du sac de déchets. Par le compostage, on dispose de façon écologique des matières végétales qui représentent 36 % du total des matières résiduelles produites par les ménages montréalais. Cela permet de limiter le recours à l'enfouisse- ment sanitaire et de réduire les nuisances causées par le transport des déchets. Pour améliorer la fertilité du sol. Le compost favorise la croissance des végétaux en enrichissant l'humus du sol. Utilisé comme amendement organique, le produit du compostage stimule l'activité des micro-organismes et libère les éléments nutritifs qu'il contient. Qu'est-ce que le compostage ? Le compostage représente une solution simple pour mettre en valeur les matières organiques en les retournant à la terre d'où elles proviennent sous la forme d'un produit de jardinage utile : le compost. Que vous habitiez un immeuble à multiples logements ou une propriété bordée d'espaces verts, vous pouvez en tout temps réduire le volume de votre sac à déchets en valorisant vous-même à domicile les matières organiques provenant de la cuisine, du jardin et de la maison. Le compostage « domestique » vous permet ainsi de contribuer à la préservation de l'environnement. Pour réussir vos opérations de compostage « domestique », il est préférable d'utiliser exclusivement les matières organiques d'origine végétale. Cela prévient les fortes odeurs et maintient à distance les animaux du voisinage. Le contenant En milieu urbain, il est préférable d'utiliser un contenant doté d'un couvercle. C'est le cas des composteurs « domestiques » proposés par la Ville de Montréal qui permettent de contenir les matières organiques à composter. Quel que soit le modèle choisi, l'important est de bien suivre le processus de compostage. Il existe plusieurs modèles de composteur « domestique » sur le marché : certains en plastique et d'autres en bois. Un contenant à compost peut aussi être fabriqué à partir de planches de bois (cèdre), de planches de plastique recyclé, de briques, de treillis métallique, etc. Où composter ? Pour fabriquer votre compost, vous devez réserver un petit espace d'environ 1 m2. Cet espace sera : ? sur votre balcon ? près de la maison ? facilement accessible depuis le jardin ? légèrement ombragé et à l'abri du vent ? ailleurs que dans un creux, où l'eau pourrait s'accumuler Quand le compost est-il prêt ? Le compost est prêt au bout de quelques mois (de 4 mois à un an). La température extérieure peut ralentir et même interrompre l'activité de compostage : en hiver, par exemple, la décomposition des matières accu- mulées dans le composteur est très lente, mais dès le printemps, l'activité reprend de plus belle. Le compost mûr se reconnaît par son aspect homogène, sa couleur sombre, son odeur agréable de terre de forêt et sa structure granuleuse. Les matières organiques du départ ne sont plus identifiables à l'exception de bouts de bois ou de certaines matières difficiles à composter, que vous n'avez d'ailleurs qu'à remettre dans le composteur. Home Composter Dimensions 32,5 (diamètre) x 29,5 po Fabrication en plastique Capacité de 13 pi3 Modèle cylindrique reposant sur le sol Verticille « Jardin » Dimensions 28 x 25 x 26 po Fabrication en bois Capacité de 10 pi3 Boîte de forme cubique reposant sur le sol Machine à terre Dimensions 28 (diamètre) x 33 po Fabrication en plastique Capacité de 10,5 pi3 Modèle conique reposant sur le sol Soilsaver Dimensions 28 x 28 x 32 po Fabrication en plastique Capacité de 12 pi3 Boîte statique reposant sur le sol Garden Gourmet Dimensions 22 x 22 x 36 po Fabrication en plastique Capacité de 10 pi3 Boîte statique reposant sur le sol Verticille « Balcon » Dimensions 38 x 16 x 26 po Fabrication en bois Capacité de 8 pi3 Modèle rectangulaire recommandé pour les logements De la cuisine - pelures de fruits et de légumes - fruits et légumes abîmés - restes de fruits et de légumes (sauf exceptions) - pain - pâtes alimentaires - riz - sacs de thé - filtres à café en papier - marc de café (grains) - coquilles d'?ufs Du jardin - feuilles mortes (par petites quantités) - débris de jardin - paille, foin - fleurs fanées, plantes mortes - terre - copeaux - herbe coupée (de préférence séchée) - taille de très petites branches De la maison - papier journal (en lamelles) - essuie-tout - cheveux - plumes - bran de scie - cendres de bois - plantes d'intérieur et éventuellement leur terre - os - produits laitiers - huiles - noyaux d'avocats, de pêches et autres - trognons de choux - feuilles de rhubarbe - viande - poisson - coquilles d'huîtres ou autres mollusques - mauvaises herbes en graines - plantes ou feuilles malades - matières traitées aux pesticides, herbicides ou autres produits chimiques. Les matières organiques à composter Les matières organiques à exclure Les matières organiques à composter appartiennent à six catégories regroupées selon trois critères : leur composition chimique, leur taux d'humidité et leur porosité. Composition chimique Matières carbonées ou « brunes » : elles se décomposent très lentement seules, voire pas du tout si elles sont sèches (exemples : feuilles mortes et copeaux). Matières azotées ou « vertes » : elles se dégradent facilement et ont tendance à pourrir (exemples : pousses vertes et matières végétales de la cuisine). Humidité Matières « humides » : l'eau qu'elles contiennent est très utile, mais seules, elles se tassent, s'asphyxient et génèrent des odeurs désagréables et des écoulements de lixiviat (jus) (exemples : herbe coupée et matières végétales de la cuisine). Matières sèches : elles ne peuvent pas se composter seules (exemples : papier et bran de scie). Porosité Matières grossières : parce qu'elles s'enchevêtrent, il se crée des vides à l'intérieur desquels trop d'air circule (exemple : taille de petites branches). Matières fines : elles se tassent très facilement interdisant le passage de l'air (exemple : herbe coupée). Quelques règles de base Pour faciliter le compostage des matières organiques 1. Mélanger les catégories de matières La plupart des catégories de matières organiques se compostent difficilement seules. Pour obtenir un bon rapport carbone/azote, une humidité adéquate et la porosité permettant une bonne aération, il faut mélanger les catégories opposées ou les disposer en couches minces successives. 2. Aérer/Brasser Les micro-organismes qui sont les agents actifs du compostage ont besoin d'oxygène. Il est recommandé de brasser, de mélanger et d'alterner les catégories de matières organiques pour faciliter l'aération et empêcher le pourrissement. Cela est particulièrement important au début du compostage. Le brassage permet aussi de prévenir, durant le compostage, la formation de zones trop gorgées d'eau ou trop asséchées ou encore de zones bien décomposées parmi d'autres mal décomposées. 3. Vérifier l'humidité Une humidité adéquate est nécessaire au bon déroulement du compostage. Si le taux d'humidité est insuf- fisant, les matières deviennent sèches, les micro-organismes meurent et le com- postage s'arrête; s'il est trop élevé, il y a asphyxie et dégagement d'odeurs. Il faut donc arroser quand les matières organiques sont trop sèches et rajouter de la terre ou du compost sec quand elles sont trop humides. 4. Surveiller son compost Le secret de la réussite est de bien surveiller son compost. Une observa- tion attentive et régulière permet de déceler un excès ou un déficit d'humidité, des matières mal décomposées ou des odeurs. Quand les problèmes sont pris à temps, les interventions sont plus faciles, plus rapides? et plus efficaces. Bien utiliser son compost ? ? dans le potager ou les plates-bandes Pour alléger le sol, appliquer de 1 à 5 cm (1/2 à 2 pouces) de compost selon la richesse du sol et le besoin des plantes. Mélanger le compost aux 10 premiers centimètres (4 premiers pouces) du sol. Éviter de semer ou planter directement dans le compost. ? pour les jardinières Pour rajeunir le sol des jardinières extérieures, incorporer 2,5 cm (1 pouce) de compost au sol de surface. Pour enrichir le sol des plantes d'intérieur, il suffit de mélanger 1/3 de terre, 1/3 de sable et 1/3 de compost au moment du rempotage. C'est la proportion idéale. ? autour des vivaces Pour contrôler les mauvaises herbes et conserver l'humidité, appliquer 2,5 cm (1 pouce) de compost autour des vivaces. ? sur le gazon Pour redonner de la vigueur au gazon, tamiser une fine couche de compost avec des semences. Au cours de l'entretien du gazon, aérer le sol et étendre, à l'aide d'un râteau à feuilles, une couche de compost dont l'épaisseur ne dépasse pas la hauteur du gazon. Quelques références Le compostage domestique. Le Conseil canadien du compostage. Le compostage facilité. Guide sur le compostage domestique. NOVA Envirocom, sous la direction de Josée Duplessis, 2002. Le compostage domestique. Les six modèles disponibles au Service de l'approvisionnement de la Ville de Montréal, 2002. The Rodale Book of Composting. New, Revised Edition. Deborah L. Martin and Grace Gershuny, Editors. Rodale Press, Emmaus, Pennsylvania, 1992. Maison propre et jardin vert. Guide d'entretien ménager et de jardinage écologique. Ville de Montréal, juin 2002. La façon écologique de disposer des matières organiques

PARTAGER SUR

Envoyer le lien par email
567
READS
6
DOWN
0
FOLLOW
4
EMBED
DOCUMENT # TAGS
#compostage  #compost 

licence non indiquée


DOCUMENT # INDEX
Vie pratique 
img

Partagé par  joloe56

 Suivre

Auteur:
Source:Non communiquée